Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    «Les USA créent des prémices dangereuses pour le déclenchement d’une guerre nucléaire»

    CC BY-SA 2.0 / Cliff James / Apocalypse
    International
    URL courte
    15450

    Le fait que les États-Unis se réservent le droit d’effectuer une frappe nucléaire préventive en cas de situations d’urgence crée des prémices à l’entraînement du monde dans un conflit atomique, estime la porte-parole de la diplomatie russe, s’étonnant du fait que ceci ne préoccupe pas les pays occidentaux, dont l’Allemagne.

    Les actions des États-Unis et des changements apportés à leur doctrine nucléaire jettent les bases d’une nouvelle guerre atomique, a déclaré mercredi la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

    «Il n’est pas clair de savoir pourquoi Berlin et d’autres capitales n’ont toujours pas été alarmés par l’approche asymétrique de Washington sur la question de l’emploi des armes nucléaires, permettant d’y recourir, comme il y est écrit, en cas de situations d’urgence qui ne se limitent pas aux scénarios militaires», a souligné la haute diplomate.

    Et de souligner qu’une telle interprétation du rôle de garant de la sécurité mondiale était lourde de conséquences pour tous ceux que les États-Unis percevaient en agresseur.

    «Se réservant le droit à une frappe nucléaire préventive, y compris par le biais d’ogives de faible puissance, les États-Unis créent des prémices dangereuses pour le déclenchement d’une guerre nucléaire même lors d’un conflit d’intensité mineure ou même, pensez-y bien, en cas de cyberattaque», a déclaré Mme Zakharova.

    Plus tôt, le vice-Président américain Mike Pence avait déclaré que si l’accord nucléaire avec l’Iran n’était pas révisé, les États-Unis s’en retireront.

    Lire aussi:

    Faut-il redouter une frappe nucléaire russe?
    Expert militaire: les USA abaissent le seuil d'utilisation de leurs armes nucléaires
    Moscou appelle Paris et Londres à se joindre au désarmement nucléaire
    Tags:
    nucléaire, guerre, ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik