Ecoutez Radio Sputnik
    Ghouta orientale

    Des armes de fabrication française auraient été découvertes dans la Ghouta orientale

    © AFP 2018 Ammar SULEIMAN
    International
    URL courte
    Situation dans la Ghouta orientale (printemps 2018) (44)
    6120113

    Un important entrepôt d'armes appartenant aux terroristes et contenant des armements de fabrication française aurait été découvert dans une région de la Ghouta orientale récemment libérée par les troupes gouvernementales syriennes, annonce ce lundi l'agence iranienne Fars.

    Se référant à ses sources, l'agence iranienne Fars rapporte ce lundi qu'un important volume d'armes et de munitions, dont certaines de fabrication française, a été découvert par l'armée syrienne lors d'une opération de nettoyage lancée à Modira et Mesraba, dans la Ghouta orientale.

    «Dimanche, l'armée de l'air syrienne a mené de nouveaux raids contre des bastions de terroristes dans la Ghouta orientale, détruisant un entrepôt d'armes du Front Al-Nosra* et ce avant le début de la trêve [humanitaire] quotidienne [instaurée] dans la région», précise en outre l'agence.  

    L'aviation syrienne a bombardé des positions d'Al-Nosra* dans la ville de Jesrine et en a détruit plusieurs, est-il encore indiqué.

    Dans le même temps, des troupes terrestres ont été engagées dans de nouveaux affrontements avec des terroristes dans le sud de la Ghouta orientale, cette banlieue est de la capitale syrienne, instaurant leur contrôle sur une série de localités.

    * Le Front al-Nosra est une organisation terroriste interdite en Russie.

    Dossier:
    Situation dans la Ghouta orientale (printemps 2018) (44)

    Lire aussi:

    Damas bientôt débarrassée des terroristes
    L'armée syrienne combat les radicaux en Ghouta orientale (vidéo)
    Ghouta orientale: un trafic d’armes des terroristes démantelé par les troupes de Damas
    Tags:
    entrepôt d'armes, terrorisme, Fars, armée gouvernementale syrienne, Front al-Nosra, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik