Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Alger, capitale de la lutte contre le financement du terrorisme en Afrique en avril

    © Sputnik . Vladimir Perventsev
    International
    URL courte
    2161

    Les 9 et 10 avril se tiendra à Alger une «réunion de haut niveau» des pays africains. Cette rencontre sera essentiellement consacrée au problème des sources de financement du terrorisme, a annoncé le ministre algérien des affaires Étrangères Abdelkader Messahel.

    L'Algérie, qui a connu une décennie noire de terrorisme dans les années 1990, organisera les 9 et 10 avril une «réunion de haut niveau» qui rassemblera les pays africains sur les sources de financement du terrorisme, a déclaré le chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, à l'issue de son entretien avec le Président de la commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, en visite de travail de trois jours à Alger, apprend-on d'un communiqué du ministère algérien de la Communication.

    «Cette conférence est très importante dans le contexte actuel pour que nous ayons des positions africaines, essayer d'échanger nos vues autour des législations de nos pays, et d'identifier le rôle de nos institutions qui luttent contre le blanchiment d'argent et le trafic de tout genre», a déclaré le ministre algérien au cours du point presse qu'il a tenu dimanche à Alger, selon le communiqué du ministère de la communication algérien.

    Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait été choisi par ses pairs africains pour être «leader dans la promotion de la vision africaine en matière de lutte antiterroriste, donc nous apportons notre contribution, et nous faisons chaque année des rapports à la commission de l'UA, lors de la conférence des chefs d'Etat», a souligné Abdelkader Messahel, selon ce même communiqué.

    Toujours selon ce communiqué officiel, MM. Messahel et Mahamat ont abordé la question de l'immigration clandestine, qui fait partie «des soucis des États» Africains. Le ministre algérien a fait connaître au Président de la commission de l'Union africaine «le point de vue d'Alger en terme de combats, celui mené notamment contre les réseaux de trafic», qui selon lui participent parfois au financement des actes terroristes.

    Rappelons que lors de la séance plénière du Forum mondial de la lutte contre le terrorisme en Afrique de l'Ouest (GCTF) qui s'est tenu le 23 octobre dernier à Alger, Abdelkader Messahel, avait souligné «l'exigence de travailler ensemble au tarissement des multiples sources de financement du terrorisme dans cette région de l'Afrique de l'Ouest, sources parmi lesquelles la prise d'otages contre rançons, le crime organisé transnational sous ses différentes formes, l'exploitation aujourd'hui très juteuse des réseaux de migration illégale, d'armes et de drogue — cocaïne, héroïne et surtout haschich — ainsi que la traite des êtres humains et le blanchiment d'argent (…)», ainsi que le rapportait le quotidien en ligne algériepatriotique. Le ministre avait alors expliqué que les différents trafics dans cette région de l'Afrique permettaient aux groupes terroristes de disposer d'énormes sommes d'argent qu'ils utilisaient pour étendre leurs activités criminelles à d'autres pays.

    Lire aussi:

    La diplomatie algérienne fait-elle rêver les États-Unis?
    La lutte contre la radicalisation en Algérie intéresse l’armée américaine
    La Syrie se penche sur l’expérience algérienne de lutte contre la radicalisation
    Tags:
    réunion, financement, terrorisme, Moussa Faki Mahamat, Abdelkader Messahel, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik