Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    «La couverture des événements en Syrie par les médias allemands est foncièrement fausse»

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    17852

    En dépit des recommandations implicites du ministère allemand des Affaires étrangères de ne pas aller en Syrie, un groupe de membres de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) s’y est rendu à ses risques et périls. Christian Blex, député AfD du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a parlé à Sputnik du but de ce déplacement.

    Les élus de l'AfD ont l'impression que les médias allemands donnent une couverture absolument fausse de la situation en Syrie, pays torturé par la guerre, a déclaré à Sputnik Christian Blex, expliquant la motivation des membres du groupe.

    «Nous nous sommes rendus en Syrie pour nous informer sur place sur la situation humanitaire dans ce pays. Nous ne faisons pas du tout confiance à nos médias qui brossent un tableau épouvantable», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que cette initiative de députés de l'AfD avait attiré de vives critiques de la part de tous les autres partis politiques en Allemagne.

    La délégation d'élus de l'AfD qui comprenait, à part Christian Blex, six autres membres du parti, est entrée en Syrie via le Liban, le 5 mars. Sa première destination a été Damas où les parlementaires allemands ont eu l'occasion de s'entretenir avec le grand mufti de Syrie, Ahmed Badr al Dine Hassoun.

    «Son excellence, le grand mufti de Syrie a spécialement insisté sur l'importance de la séparation de chaque religion de l'État afin que toutes les religions puissent coexister en paix dans le pays. Il est aussi très important pour lui que les chrétiens en Syrie aient les mêmes droits que les représentants des autres confessions», a raconté M.Blex.

    Selon ce dernier, la délégation a pu également rencontrer le représentant du Patriarche de Damas. Il s'est aussi prononcé en faveur du principe de séparation de l'Église de l'État, tout en constatant la compréhension mutuelle et la coopération de la partie chrétienne avec le grand mufti de Syrie, Ahmed Badr al Dine Hassoun.

    «On nous a également fait visiter la cathédrale syriaque orthodoxe, en montrant les brèches laissées par les obus des mortiers des terroristes, le 5 février», a raconté M.Blex.

    Et de rappeler que les médias allemands avaient omis d'annoncer que le 5 février les «terroristes modérés», retranchés dans la Ghouta orientale, située à quelques kilomètres de Damas, avaient pilonné aux mortiers la cathédrale syriaque orthodoxe. L'autel et le plancher avaient été sérieusement endommagés. Heureusement, il n'y a pas eu de victimes.

    «La délégation a passé les deux premiers jours à Damas, dont les rues sont propres et animées. Le marché est plein de marchandises variées. On y a circulé librement, en se sentant en sécurité. On se sent même moins en sécurité dans certaines villes allemandes», a poursuivi l'interlocuteur de Sputnik.

    À mon avis, Damas mérite d'être visitée. Les gens y sont polis et la nourriture est excellente.

    Selon M.Blex, les médias allemands dénaturent les faits sur la situation en Syrie.

    «Ils ne cessent de "couvrir" l'offensive des troupes gouvernementales syriennes dans la Ghouta orientale, mais ne disent absolument rien des pilonnages de la population civile et des hôpitaux [de Damas, ndlr] depuis la Ghouta orientale. […] La couverture des événements en Syrie par les médias allemands est foncièrement fausse», a conclu l'élu de l'AfD.

    Créée en 2013, l'AfD est entrée pour la première fois au Bundestag à la faveur des élections fédérales de septembre dernier.

    Lire aussi:

    Alexander Gauland: «Tôt ou tard, l'Occident se fera à l’idée d’une Crimée russe»
    Elections au Bundestag
    Grand mufti de Syrie: la base russe doit rester pour toujours à Tartous
    Tags:
    séparation, cathédrale, mufti, pilonnage, mortier, Sputnik, Ahmed Badr al Dine Hassoun, Christian Blex, Allemagne, Ghouta orientale, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik