International
URL courte
Situation dans la Ghouta orientale (printemps 2018) (44)
3229
S'abonner

Près de 3.000 personnes sont descendues ce lundi dans les rues d'une localité de la Ghouta orientale pour exiger le départ des radicaux. Voulant empêcher un groupe de civils d'emprunter un des deux couloirs humanitaires, les radicaux ont ouvert le feu sur eux et en ont tué cinq, a fait savoir le ministère russe de la Défense.

Des radicaux sévissant dans la Ghouta orientale ont ouvert le feu sur des civils habitant dans cette région qui espéraient pouvoir emprunter le couloir humanitaire de Jisrine. Cinq d'entre eux ont perdu la vie, a annoncé ce lundi Iouri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Aujourd'hui, des habitants de Kafr Batna se sont de nouveau rassemblés pour protester contre les radicaux et soutenir l’armée et le gouvernement syriens. Cette fois-ci, plus de 3.000 personnes sont descendues dans la rue. Les civils exigeaient que les radicaux se retirent de leur agglomération et assurent le libre accès au couloir humanitaire de Jisrine. Toutefois, alors certains des habitants se dirigeaient vers le couloir humanitaire, des radicaux ont ouvert le feu. Selon les informations dont on dispose, cinq personnes ont été tuées», a précisé le général.

Comme le précisent les militaires russes, le passage vers le couloir humanitaire reste bloqué.

Les pilonnages de Damas se poursuivent

Les radicaux de la Ghouta orientale continuent à pilonner les quartiers résidentiels de la capitale syrienne, causant des pertes humaines: trois personnes ont trouvé la mort et 22 autres ont été blessées en 24 heures, a en outre précisé le général Evtouchenko.

«Au cours de ces dernières 24 heures, 16 pilonnages aux obus sur les quartiers résidentiels de Damas et ses banlieues ont été recensés. 30 obus de mortier ont été tirés. Il y a eu des destructions. Trois civils ont été tués et 22 autres blessés», a fait savoir le chef du Centre.

Dossier:
Situation dans la Ghouta orientale (printemps 2018) (44)

Lire aussi:

«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Covid-19, en continu: la France n’est pas «encore au pic épidémique», prévient Véran
Quand La Poste cachait un immense stock de masques en période de pandémie
Covid-19: Boris Johnson transféré aux soins intensifs
Tags:
radicaux, victimes civiles, couloir humanitaire, pilonnage, Jisrine, Ghouta orientale, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook