Ecoutez Radio Sputnik
    Cellules dans un complexe d'installations et l'élimination des déchets radioactifs par la centrale nucléaire de Tchernobyl

    À Bure, contre la «poubelle nucléaire», l’opposition hausse le ton et marque des points

    © Sputnik . Alexey Vovk
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    172

    «Nécessité absolue pour la France» ou «poubelle nucléaire», le stockage des déchets nucléaires à Bure divise. L’opposition au projet, prenant exemple sur les zadistes de Notre-Dame des Landes, rêve de faire reculer Macron. Et leur dernière manifestation a poussé le gouvernement à annoncer un débat national. Une première victoire?

    Un débat national d'une ampleur «hors normes» sur le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure dans la Meuse. Rien de moins! C'est la réponse de Sébastien Lecornu, secrétaire d'État à la transition écologique, formulait le 7 mars dernier, en réponse à la manifestation des populations locales qui avaient engendré des affrontements entre forces de l'ordre et opposants au projet le 3 mars dernier.

    Le sénateur de la Meuse, Gérard Longuet, estimait dans l'émission Dimanche en Politique du 18 février dernier que relancer la concertation serait une erreur. Il expliquait:

    «C'est un projet qui mûrit lentement depuis 1993. Cela fait 24 ans que nous avançons sur ce projet en respectant les études scientifiques, les débats publics et les procédures législatives.»

    Le député local, Bertrand Pancher, annonçait quant à lui dans un communiqué de presse publié à la suite de sa rencontre avec le ministre de l'Écologie le 27 octobre dernier qu'il souhaitait que le gouvernement «réaffirme un positionnement fort» concernant la réalisation du centre d'enfouissement des déchets radioactifs baptisé CIGEO, tout en prônant le dialogue au niveau local.

    «J'ai conseillé [au ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot] de ne pas hésiter à recevoir les gens qui ont un avis différent en faisant la différence avec les casseurs anarchistes», expliquait l'élu meusien dans son communiqué de presse.

    Gérard Longuet expliquait pour sa part que le projet de stockage des déchets nucléaires «a des adversaires qui se réveillent d'une façon violente», mais espère que cela ne changera rien à la détermination du gouvernement, puisque les opposants ne proposent pas de solution à l'épineux problème des résidus fortement radioactifs.

    «Pourquoi craindre le pire [des manifestations de plus en plus violentes, ndlr]? Les cagoulés sont très gentils, mais ils ne règlent rien. […] Ils n'apportent aucune solution, aucune réponse.»

    Le rétropédalage du gouvernement sur le dossier de l'aéroport Notre-Dame des Landes en dépit d'un résultat favorable lors d'un référendum local a peut-être participé à galvaniser les opposants à d'autres projets contestés, à l'image du CIGEO de Bure.

    ​Alors que le député meusien Bertrand Pancher saluait dans un second communiqué la décision du gouvernement d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes —une décision qu'il qualifiait d'évidente, car «cristallisant depuis bien trop longtemps toutes les oppositions»- il ne semble pas du même avis sur le projet qui fait polémique dans sa circonscription.

    Ces dernières semaines ont pourtant été mouvementées. Après l'éviction d'opposants au projet du bois Lejus, où devrait être construit le centre d'enfouissement de l'Andra, l'autorité chargée du stockage des déchets nucléaires, une manifestation a fait quatre blessés —un gendarme et trois opposants- le 3 mars dernier. Un incident qui n'est pas totalement isolé puisqu'un manifestant avait déjà été gravement blessé à la jambe lors d'affrontements avec les forces de l'ordre en août dernier.

    Si la concertation annoncée par le gouvernement de Macron était à l'origine prévue dans le texte de loi, les alternatives sont limitées. La mission Granit de 1999 avait en effet pour but de trouver un second site pour l'ouverture d'un laboratoire d'enfouissement des déchets, mais s'était soldée par un échec cuisant, se heurtant à l'opposition des populations.

    ​Pourtant, tout le monde s'accorde sur la nécessité de stocker les déchets issus du parc nucléaire français. Le projet de stockage géologique est pour le sénateur meusien une «nécessité absolue pour la France» qui, avec ses 58 réacteurs, doit préparer l'avenir. Le député Pancher parle quant à lui d'un «mal nécessaire» tandis que le ministre de l'Écologie estimait qu'il s'agissait de «la solution la moins mauvaise».

    «La loi sur la gestion des déchets radioactifs de 2006 considère que le stockage géologique profond est la solution de référence pour protéger l'Homme, l'environnement et les générations futures», rappelait un employé de l'Andra, M.A. Martin.

    M. Pancher rejoint néanmoins Daniel Ruhland, conseiller régional du canton de Ligny-en-Barrois, où se situe Bure, sur un point. Les deux hommes s'accordent en effet sur nécessité de mettre en place, en amont, le contrat de développement territorial prévu pour les communes accueillant des déchets nucléaires et qui, dans ce cas, représente un investissement de près de 500 millions d'euros.

    Une somme que la zone, en proie au chômage, à la désertification et au vieillissement de la population, ne peut refuser, même si elle doit pour cela accepter de servir de poubelle à une industrie à laquelle elle sera liée —qu'elle le veuille ou non- indéfiniment.

    «C'est, pour le département de la Meuse, une opportunité formidable d'être accrochée à un atout stratégique français: le nucléaire», observait d'ailleurs Gérard Longuet. 

    Lire aussi:

    Manifestation contre l'enfouissement de déchets nucléaires à Bure: des Français enragent
    Bure: s'opposer au projet nucléaire Cigéro revient à être un «dissident de l'État»
    Faut-il sonner l’alarme? Plus de place pour stocker les déchets radioactifs à Tchernobyl
    Tags:
    déchets radioactifs, Bure
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik