Ecoutez Radio Sputnik
    Le mur des langues (Musée de l'Homme, Paris)

    Musée de l’Homme: le mur des langues parle russe et fait parler de lui

    CC BY 2.0 / Jean-Pierre Dalbéra / Le mur des langues dans la galerie de l'Homme
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    0 90

    Installé pendant la rénovation du Musée de l’Homme, le mur des langues permet aux visiteurs d’écouter de petits textes dans de nombreux idiomes. Le texte en russe, lu par Tatiana Fougal, ethnologue russo-ukrainienne, fait polémique, au point que l’ambassade de Russie a présenté une réclamation au musée. Décryptage.

    Depuis sa rénovation en 2015, le Musée de l'Homme a fait peau neuve et s'est doté de nombreuses activités nouvelles. Parmi elles, le mur des langues, qui est au cœur d'une polémique entre Russes et Ukrainiens.

    Conçu comme une langue sur lequel sont représentés quelques-uns des idiomes de notre planète, le mur des langues présente —aux côtés du mandarin, du français ou encore de l'espagnol- le russe, grâce à un petit texte lu et qui donne au visiteur une idée de la sonorité de la langue parlée.

    La polémique trouve son origine dans le fait que la personne qui lit le texte explicatif sur la langue russe est une chercheuse d'origine ukrainienne. En effet, c'est Tatiana Fougal, ethnologue russo-ukrainienne du Musée de l'Homme, qui a accepté de prêter sa voix pour lire le texte de présentation de la langue russe.

    Elle y explique que, dans son enfance à Nikolaïev, dans le sud de l'Ukraine, le russe était ultra-dominant par rapport à l'ukrainien, considéré à l'époque comme une langue de «va-nu-pieds», selon elle.

    ballet
    © Sputnik .
    Dans le contexte actuel d'opposition entre Kiev et Moscou, la langue est devenue un outil d'influence et cristallise les tensions entre ukrainophones et russophones. Moscou considère en effet que le gouvernement ukrainien dépèce l'héritage russe des régions du sud et de l'est de l'Ukraine en tentant d'imposer l'usage et l'enseignement de l'ukrainien.

    L'ambassade de Russie a donc décidé d'adresser une réclamation au Musée de l'Homme, argumentant que la langue russe est présentée comme une langue de domination, alors que la réalité historique fait du russe la langue principale dans les provinces orientales et septentrionales de l'Ukraine.

    Si Mme Fougal admet volontiers avoir un positionnement politique clair, elle dément en revanche toute implication politique sur cette polémique. Interrogée à ce sujet, elle a affirmé avoir dans un premier temps refusé de prêter sa voix, par souci de neutralité.

    Elle explique ensuite qu'elle a fini par accepter sous l'insistance du responsable de l'œuvre, mais que son message n'est absolument pas politique et qu'il consiste uniquement à raconter son vécu dans une ville partagée entre ukrainophones et russophones.

    Lire aussi:

    Quelle langue ne supporte-t-elle pas les mensonges?
    Ce duo de langues étrangères qui vous permettront de faire une carrière grandiose
    Tags:
    culture, langue, politique, musée, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik