Ecoutez Radio Sputnik
    Vassili Nebenzia

    Russie à l'Onu: Moscou n'autorisera pas Londres à lui parler en termes d'ultimatums

    © Sputnik . Grigoriy Sisoev
    International
    URL courte
    351102

    Intervenant ce mercredi au Conseil de sécurité des Nations unies où est débattu l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal, le représentant permanent de la Russie à l'Onu a pointé que Moscou n'autoriserait personne à lui parler en termes d'ultimatums, pointant que Londres avait en effet exigé que Moscou s'auto-dénonce.

    Moscou n’autorisera par le Royaume-Uni à lui parler en termes d’ultimatums, a déclaré ce mercredi le représentant permanent de la Russie auprès de l’Onu Vassili Nebenzia intervenant au Conseil de sécurité des Nations unies où l’empoisonnement de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal est débattu.

    «On nous a mis en demeure de 24 heures, exigeant au fond que nous avouions avoir commis un crime et que nous nous auto-dénoncions. Nous n’employons le langage des ultimatums avec personne et n’autoriserons [personne] à nous parler en ces termes», a déclaré le diplomate.

    Et d’ajouter que la Russie avait exigé que le Royaume-Uni fournisse des échantillons de la substance employée pour empoisonner Sergueï Skripal et qu’une enquête conjointe soit engagée. Toutefois, ceci lui a été refusé.

    «En faisant preuve d’hystérie, Londres agit d’une manière absolument non transparente», a souligné le représentant permanent de la Russie.

    Diabolisation de la Russie

    Les autorités du Royaume-Uni ne dénigrent aucune méthode pour diaboliser la Russie, a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, Vassili Nebenzia. Il a également demandé au Conseil de sécurité de bien réfléchir à qui pourrait bénéficier l'élimination de l’ex-espion Sergueï Skripal avant les élections et la Coupe du Monde en Russie.

    «À votre avis, quel est le mobile qu’évoque la Première ministre britannique qui pourrait pousser la Russie à éliminer Sergueï Skripal, qui, après l’enquête, la condamnation, la peine, le pardon et l'extradition aux autorités britanniques ne représente aucune menace pour notre pays?» a-t-il déclaré.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. M.Skripal avait reçu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis lorsque 10 agents russes, dont Anna Chapman, sont rentrés dans leur patrie.

    Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Qualifiant l'affaire de «provocation», la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté estimé que les propos de la Première ministre britannique étaient un «cirque en plein parlement».

    Ce mercredi, elle a expulsé 23 diplomates russes du pays et a suspendu tous les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie.

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Au concours de bikini, elle se présente dans une tenue pas comme les autres - photos
    Tags:
    empoisonnement, ultimatum, accusations, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Sergueï Skripal, Teresa May, Vassili Nebenzia, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik