Ecoutez Radio Sputnik
    Iran

    La paix au Moyen-Orient pourrait avoir lieu en «bâtissant un groupe comme l’OSCE»

    CC0 / Pixabay/3dman
    International
    URL courte
    5151

    La Russie considère que l’Iran est un pays qui a «son poids dans la région» du Moyen-Orient et veut «arriver à bâtir un groupe tel que l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)», a déclaré Igor Beliaev, ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie.

    L'Iran est un pays «important et influent dans la région» du Moyen-Orient, et nous soutenons une «coexistence pacifique» entre tous les pays de la région, a déclaré Igor Beliaev, ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, dans un entretien accordé au quotidien El Khabar publié ce mercredi. L'entrevue a été une occasion pour le diplomate d'expliquer la vision de son pays concernant le concept de monde multipolaire.

    «L'Iran est un État qui a son poids dans la région et une influence qui est historique. Nous sommes partisans d'une coexistence pacifique entre tous les pays de la région, et nous avons lancé au début des années 1990 une initiative pour la coopération et la coexistence pacifique dans le Golfe. Nous pensons que l'Iran peut être un élément actif dans ce système, nous aimerions arriver à bâtir un groupe tel que l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, où tout le monde pourrait vivre en paix, coopérer et échanger des informations» a déclaré l'ambassadeur.

    Quand nous rencontrons les pays du Golfe, «nous leur proposons cette initiative», explique le diplomate, «certains pays s'en sont félicités, d'autres gardent le silence et n'expriment pas leurs opinions, mais l'initiative est sur la table». «Et à chaque fois, nous suggérons qu'il y ait un dialogue entre l'Arabie saoudite et l'Iran, et nous sommes prêts à aider à organiser des réunions et un dialogue direct pour résoudre les problèmes entre eux», car ils sont tous les deux situés «sur la carte géographique de la région, et nous sommes également sur la même carte», nous ne sommes pas dans l'espace, «donc nous devons travailler pour vivre en paix», a ajouté le diplomate.

    Le rôle de la Russie grandit de plus en plus dans la région du Moyen-Orient, en particulier après son intervention en Syrie, et dans le monde à travers ses positions fermes sur toutes les questions internationales qui sont souvent aux antipodes de celles de ses partenaires occidentaux. Ceci ne plaît pas du tout aux États-Unis qui sont toujours dans une vision unipolaire du monde.

    S'exprimant sur les relations de son pays avec les États-Unis à lumière de la situation tendue entre les deux États, Igor Beliaev a expliqué qu'en réalité, si on revenait à l'Histoire, «la Russie et l'Amérique n'ont jamais été des ennemies, au contraire elles étaient alliées pendant la Deuxième Guerre mondiale, et elles se sont battues pour libérer l'Europe du nazisme, bien que l'Amérique soit rentrée dans la guerre après avoir su de quel côté basculerait l'équilibre, c'est-à-dire après la bataille de Stalingrad, quand la Russie a commencé à se diriger vers l'Europe pour la libérer, elle s'est jointe à elle».

    Ce qui s'est passé avant dans les relations des deux pays «était décrit comme un conflit idéologique entre le communisme et le capitalisme», a expliqué le responsable russe, «mais maintenant la Russie n'est plus un pays communiste, elle a un système capitaliste dirigé pour soutenir le peuple». Cependant, «l'hostilité américaine a augmenté envers la Fédération de Russie, pourquoi?», s'interroge Igor Beliaev.

    «Parce que les Américains se comportent en maîtres du monde, ils dictent leurs conditions à tous les pays, et la Russie à travers toute son Histoire n'a jamais accepté d'exécuter des ordres venant de l'étranger. Nous sommes toujours restés libres et souverains sur nos décisions et c'est ce qui dérange les États-Unis», a-t-il expliqué.

    Nous pensons que «le monde unipolaire a disparu depuis longtemps», affirme le diplomate, «il existe plusieurs centres de pouvoir comme la Chine et l'Inde. L'Afrique aussi, avec différents pays comme l'Afrique du Sud, l'Égypte et l'Algérie. Le Brésil et le Mexique en Amérique latine», donc l'ère du monde unipolaire a disparu, «seulement, certains ne veulent pas comprendre cela, et ils veulent revenir à un monde ancien», a conclu l'ambassadeur.

    Lire aussi:

    Les forces étrangères déployées au Sahel pourraient avoir des «intentions malhonnêtes»
    Nouvel ordre mondial: quand l’Institut Montaigne dicte sa stratégie à la France
    Après les USA et le Guatemala, à qui le tour de déménager à Jérusalem?
    Tags:
    accord de paix, monde unipolaire, monde multipolaire, OSCE, Proche-Orient, États-Unis, Russie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik