Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président philippin Rodrigo Duterte

    La décision de Duterte promet le «début de la fin» pour la Cour pénale internationale

    © REUTERS / Ezra Acayan
    International
    URL courte
    12570

    La récente décision de Rodrigo Duterte de retirer son pays de la Cour pénale internationale (CPI) pourrait encourager d'autres états à suivre l'exemple des Philippines ce qui signifierait la fin de ce tribunal, estime Harry Roque, porte-parole du Président philippin.

    Annoncée hier, la décision du Président philippin Rodrigo Duterte de faire sortir son pays de la CPI ne restera pas sans conséquence pour la Cour, a déclaré Harry Roque, porte-parole du Président, cité par la chaîne ABS-CBN.

    «Le sortie des Philippines, j'en suis sûr, va déclencher une avalanche d'autres pays voulant quitter la Cour […] Deuxièmement, aucun autre pays asiatique ne rejoindra la CPI maintenant. Seules les Philippines préconisait que d'autres pays de la région deviennent membres [de la CPI, ndlt.] C'est le début de la fin de la Cour», a-t-il souligné.

    Mercredi 14 mars, Rodrigo Duterte a annoncé avoir pris la décision de retirer le pays de la CPI suite aux «attaques sans fondement, sans précédent et insultantes» contre sa personne et contre son administration, selon une communiqué publié la veille.

    La CPI a ouvert le 8 février une enquête préliminaire après qu'un avocat philippin avait déposé une plainte accusant Duterte et son administration de crimes contre l'humanité commis dans le cadre de la guerre contre les trafiquants de drogue.

    Depuis son élection en 2016, Rodrigo Duterte mène une guerre sans merci contre des stupéfiants. Selon les chiffres de la police, environ 4.100 trafiquants et consommateurs de drogue présumés ont été tués depuis le début de la campagne. Les défenseurs des droits de l'Homme estiment que le nombre réel de morts est plus de trois fois supérieure aux chiffres officiels.

    À son tour, le Président a récemment appelé l'armée philippine à cesser la coopération avec les responsables des droits de l'Homme à l'Onu qui critiquaient régulièrement sa campagne anti-drogue et à jeter ces derniers «aux crocodiles».

    Lire aussi:

    Lutte antidrogue: Trump estime que Duterte fait «un travail formidable»
    L'invitation de la discorde du Président philippin aux USA entourée de réprobations
    Président en colère: Rodrigo Duterte s’attaque aux États membres de l’UE
    Tags:
    drogue, Cour pénale internationale (CPI), Rodrigo Duterte, Philippines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik