Ecoutez Radio Sputnik
    Bahia

    La mondialisation inquiète de plus en plus, l’altermondialisme est en berne. Pourquoi?

    © AP Photo / Ferdinand Ostrop
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    5410

    Le Forum social mondial, grand rendez-vous altermondialiste, s’est ouvert à Bahia, au Brésil, cette semaine. Alors qu’un sondage montre que 60% des Français ont une mauvaise opinion de la mondialisation, le désintérêt pour cette manifestation mondiale est patent. Pourquoi?

    La grand-messe de l'altermondialisme ne ferait-elle plus recette? Le Forum social mondial a démarré mardi 13 mars et se terminera samedi 17, rassemblant à son ouverture des milliers de personnes dans les rues brésiliennes de Salvador de Bahia. Organisations de la société civile, ONG, syndicats, hommes politiques de tous les pays du monde se rencontrent à cette occasion. Mais pratiquement pas une ligne dans les médias français. Un phénomène qui s'explique par un facteur national, mais aussi international, estime Yves Sintomer professeur en science politique à l'université Paris-VIII et chercheur invité au University College de Londres:

    «On a un tournant national, sinon nationaliste, de la gauche radicale française. La position de la France Insoumise n'est plus du tout aussi orientée vers une action internationale comme elle l'était au début du mouvement altermondialiste.»

    Pourtant, la mondialisation, perçue comme ne favorisant que les plus riches de la population, est un sujet qui inquiète les Français. Un sondage OpinionWay montre que 60% d'entre eux ont une mauvaise opinion de la mondialisation. Ils sont 71% à être pessimistes sur ses effets pour l'avenir des prochaines générations et 67% pour l'avenir de la France. Le sujet est donc loin de laisser les Français indifférents, mais ce forum, censé tracer les lignes futures d'une mondialisation plus respectueuses des droits humains, passe à la trappe.

    «Il y a un problème objectif. Pendant des siècles, la France a été l'un des centres du monde. Elle était l'un des centres du mouvement de globalisation, avec son empire colonial, sa force économique et militaire. Aujourd'hui, la France se transforme en une province.»

    Dans un communiqué, Frédéric Michaud, directeur des études chez OpinionWay note que «Si, aux yeux des Français, l'Asie et l'Amérique du Nord sont, sans surprise, les grands gagnants de la mondialisation, plus d'un sondé sur deux (55%) juge que celle-ci a plutôt des effets négatifs sur tous les autres pays, y compris l'Europe». Des propos qui font sens avec les observations de M. Sintomer:

    «Le statut de la France au XXIe siècle ne sera pas celui qu'elle avait au XXe, XIXe ou XVIIIe siècle. Ce statut ne pourra qu'être inférieur, économiquement, intellectuellement, militairement, politiquement.» En résumé: «il y a objectivement de quoi être inquiet. Mais ce n'est pas pour autant que le mouvement réussit à se renouveler.»

    La forme même du mouvement est soumise à questionnement. L'altermondialisme, qui se veut un ensemble mouvements à l'échelle planétaire, un réseau qui regroupe un grand nombre d'acteurs (ONG, syndicats, collectifs de jeunes, etc.), n'a finalement pas de réelle structuration ni de porte-parole. «C'est un des débats qui agite le FSM depuis sa création. Faut-il se doter d'une organisation plus permanente?», note M. Sintomer.

    «Le Forum doit —il lui-même engager des actions? Ce sont des débats stratégiques qui n'ont pas été résolus et continuent de se poser de façon récurrente. C'est sans doute une de ces limites.»

    Le Forum social mondial, le 13e depuis sa création en 2001, a pour mot d'ordre cette année «Résister c'est créer; résister c'est transformer». L'un des enjeux de cette édition, c'est aussi de se renouveler et de «peser», car après une quinzaine d'années, le forum peine à «retrouver un nouveau souffle», qui s'explique aussi par le fait que les gouvernements de gauche latino-américains, qui ont longtemps porté et donné de la visibilité au forum, ont aujourd'hui «passé la main ou sont en grande difficulté». S'ajoute à cela une conjoncture très différente, et pas des moindres:

    «La contestation de l'ordre néolibéral du monde est aujourd'hui moins crédible, ou moins populaire qu'elle ne l'était auparavant. Après la crise financière de 2008, les mouvements n'ont pas réussi à imposer d'alternative de façon forte.»

    Des mouvements comme Occupy Wall Street, Podemos, Nuit debout sont pourtant les héritiers de cette première génération d'altermondialistes.

    «Il y a des problèmes de transition […], constate M. Sintomer. Il a des générations différentes, mais aussi des temporalités différentes entre l'Europe et l'Amérique latine.»

    Car si l'altermondialisme en Amérique latine a connu son point culminant au début des années 2000, c'est aujourd'hui en Europe que ça se passe: «mais ces partis ont, au niveau de leur thème en France en tout cas, mis en avant des axes qui n'étaient pas ceux de l'altermondialisme». La définition même du mot a évolué, note le chercheur:

    «Ce n'était pas une antimondialisation. Aujourd'hui par exemple, le refus de la France insoumise de sortir des traités de l'Europe, exprime quelque chose de sensiblement différent».

    En clair, l'altermondialisme est-il encore vivace, mais s'est essoufflé et l'enjeu de ce forum est aussi de tenter de réorienter ce mouvement. La pluralité des thèmes (montée de l'extrême droite, droits des peuples autochtones, violences faites aux femmes, migration, justice fiscale, etc.) est «une richesse», mais

    «le risque de ne pas avoir des thèmes fédérateurs, qui soient plus au centre que les autres, contribue à faire perdre de la visibilité au mouvement. C'est un des débats.»

    Lire aussi:

    Radio Sputnik: Les infos du 15 mars 2018!
    Trump est-il le cheveu sur la soupe de Davos 2018?
    Assemblée nationale recherche opposition désespérément
    Tags:
    mondialisation, forum, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik