International
URL courte
4465
S'abonner

«Les pays qui n’arrêtent pas l’immigration seront perdus», a prévenu le premier ministre hongrois Viktor Orban, connu depuis longtemps pour ses idées anti-immigration, en marge de sa campagne électorale.

Après avoir qualifié les réfugiés d'«envahisseurs musulmans», le premier ministre hongrois Viktor Orban, qui cherche à être réélu pour un troisième mandat, poursuit sa mission d'expulsion des migrants de son pays.

S'adressant jeudi à ses partisans à Budapest, M. Orban a utilisé son discours pour décrire le vote à venir comme une bataille existentielle pour la survie de la Hongrie et de l'Europe.

«L'Afrique veut enfoncer notre porte, et Bruxelles ne nous défend pas», a déclaré M. Orban à la foule rassemblée devant le parlement hongrois sous une bannière «L'Europe est déjà sous l'invasion, et ils regardent avec leurs mains en l'air.»

Le premier ministre a consacré l'ensemble de son discours de 25 minutes à la question de la migration, ne développant aucun autre programme ou vision politique pour le pays.

«Nous ne voulons pas gagner des élections, nous voulons gagner notre avenir», a-t-il déclaré. «Les pays qui n'arrêtent pas l'immigration seront perdus».

Des dizaines de milliers de sympathisants ont écouté son discours après avoir défilé à Budapest dans le cadre d'une «marche pour la paix» organisée lors d'une fête nationale commémorant le soulèvement de 1848 contre la Monarchie de Habsbourg.

Les manifestants ont brandi des drapeaux et des pancartes hongrois soutenant le Fidesz, le parti de M. Orban. «Nous sommes ici parce que nous soutenons Orban et nous voulons protéger la Hongrie et défendre tout ce que nous avons accompli ces dernières années», a déclaré un partisan.

Lire aussi:

Un Su-27 russe intercepte trois avions militaires français pour le troisième jour d'affilée
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Benjamin Griveaux annonce avoir démissionné de l’Assemblée nationale
Tags:
migrants, immigration, Viktor Orban, Budapest, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook