Ecoutez Radio Sputnik
    Fancy Bears

    Méchants Russes: après les tueurs d’espions, l’Otan identifie les hackers comme menace

    © Sputnik . Pavel Lisitzine
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    17233

    Le général Scaparrotti de l’Otan a annoncé au Sénat américain être en train de travailler à «la définition de la cyberguerre» en réaction aux supposées activités «déstabilisatrices» de Moscou en Europe. Le but? Pouvoir invoquer l’article 5 –qui permet aux alliés de répliquer en cas d’attaque sur l’un d’eux– en cas de guerre informatique.

    C'est dans un contexte de fortes tensions avec l'Occident, dû notamment à l'affaire Skripal —du nom de l'espion empoisonné, selon les Britanniques, par Moscou- que le Commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Curtis Scaparrotti, a défendu devant le Sénat américain la menace que représentait la Russie en termes de cybersécurité.

    Selon le général américain, la Russie est à l'origine de nombreuses attaques informatiques en Europe, des «activités déstabilisatrices, en deçà du niveau de conflit, dans le but d'affaiblir» les Européens. Et à l'entendre, sans les États-Unis, la Russie aurait déjà «déstabilisé tous ses opposants sans tirer un seul coup de fusil».

    Cyberguerre : un guide pratique
    © Flickr.com/kryptyk/cc-by-nc-sa 3.0
    Pourtant, M. Scaparrotti reconnaît disposer d'informations limitées quant aux capacités russes en termes de cyberopérations. Il explique aux sénateurs qui l'interrogent qu'il essaye de «cartographier les infrastructures cyber de la Russie», mais que le résultat n'est ni «représentatif» ni «satisfaisant».

    Accusée d'ingérence lors de plusieurs élections ou encore d'attaques informatiques —à l'image de la récente attaque contre le Bundestag-, Moscou est montrée comme la source unique d'instabilité sur le vieux continent. Raison pour laquelle le général Scaparrotti considère nécessaire d'établir «les limites à ce qui est acceptable».

    Au-delà de la question de ce qui pourrait déclencher une cyberguerre, le fait que l'Otan travaille sur une définition pose la question de savoir si la réponse se fera uniquement sur l'espace cyber ou si elle pourra prendre la forme d'une réponse conventionnelle et donc bien réelle, cette fois-ci.

    Une attaque d'un hacker au pseudo finissant par «bear» contre une entreprise suffira-t-elle à déclencher la première guerre informatique de l'Histoire? Faudra-t-il qu'une structure étatique soit visée? Quel niveau de certitude quant à la provenance de l'attaque sera attendu? Se contentera-t-on des «très probablement» de Theresa May?
    Autant de questions auxquelles l'Otan devra apporter des réponses.

    La crédibilité de l'Alliance atlantique tient en grande partie à la menace que représente l'article V du Traité de l'alliance atlantique, qui suppose la solidarité de tous ses membres en cas d'attaque sur l'un d'eux. Et rien ne dit que les États membres se montreront solidaires d'un pays victime d'une cyberattaque dont l'origine serait improbable. Personne n'oserait s'engager dans un conflit qui pourrait dégénérer et passer de la sphère du cyber au réel contre la Russie.

    Lire aussi:

    De quoi pourraient bien parler les commandants des armées de Russie et de l’Otan à Bakou?
    Explosion de la cybercriminalité? «C’est 365 jours par an»
    Des chasseurs US F-35A arrivent au Royaume-Uni pour des exercices de l'Otan
    Tags:
    guerre cybernétique, Russes, OTAN, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik