Ecoutez Radio Sputnik
    Un essai du système antimissile américain Aegis

    Moscou: l’objectif du bouclier antimissile US est loin de parer les menaces balistiques

    CC BY-SA 2.0 / Naval Surface Warriors / 140619-N-ZZ999-901
    International
    URL courte
    13639

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a révélé le vrai objectif des États-Unis qui installent un peu partout, et notamment en Corée du Sud et au Japon, des éléments de leur système global de défense antimissile.

    Les États-Unis continuent à développer leur bouclier antimissile autour de la Russie pour affaiblir les forces nucléaires russes, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov aux médias vietnamiens et japonais.

    Quand les États-Unis se sont retirés du Traité ABM, la Russie a essayé de les persuader que cette décision aurait des conséquences néfastes et a appelé à créer un mécanisme conjoint pour se pencher sur la défense contre les missiles balistiques.

    «Toutes les actions de nos collègues américains nous persuadent que ce système global de défense antimissile n’est pas créé pour parer des menaces provenant d’Iran et de Corée du Nord, mais pour entourer le territoire russe de ces systèmes antimissiles. Selon nos militaires, ces systèmes sont destinés à dévaluer notre potentiel nucléaire stratégique», a indiqué M.Lavrov.

    Washington déploie ses systèmes de défense antimissile sur le territoire de ses alliés au Japon et en Corée du Sud, le justifiant par une menace balistique nord-coréenne. Ces mesures préoccupent beaucoup la Russie et la Chine qui considèrent cette augmentation de la présence militaire américaine comme une tentative de rompre l’équilibre stratégique dans la région et dans le monde entier.

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    «Ce pouvoir est en train de mettre le feu à notre pays», selon le patron de Mediapart
    Militaires pour l'acte 19: «le chef d'état-major des armées n'avait pas été prévenu»
    Tags:
    potentiel nucléaire, Traité de défense antimissile (ABM), Sergueï Lavrov, Corée du Nord, Iran, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik