International
URL courte
7164
S'abonner

Les cadavres qui restent dans les ruines de Raqqa risquent de provoquer le déclenchement d'une épidémie dans la ville, selon le ministère russe de la Défense.

L'ex-capitale syrienne de Daech* vit sous la menace d'une épidémie en raison des corps qui se décomposent dans les rues de la ville, prévient le ministère russe de la Défense.

«Des milliers de corps de civils et d'extrémistes tués lors des bombardements massifs de Raqqa par la coalition américaine restent sous les décombres. Des flambées de maladies infectieuses se sont déjà produites dans la ville, ce qui risque d'entraîner une épidémie avec l'arrivée de la chaleur», indique le ministère.

Selon la partie russe, seuls quelques quartiers dans le centre de Raqqa sont relativement sûrs du point de vue sanitaire, alors que le reste de la ville est dangereux.

Raqqa, qui comptait plus de 300.000 habitants avant le début de la guerre syrienne, a été envahie par les terroristes de Daech* en mars 2013. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par l'aviation de la coalition antiterroriste internationale, ont annoncé la reprise de Raqqa en octobre dernier.

* Organisation interdite en Russie

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
épidémie, lutte antiterroriste, crise syrienne, coalition anti-Daech, Forces démocratiques syriennes (FDS), Daech, Raqqa, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook