Ecoutez Radio Sputnik
    Boris Johnson, chef de la diplomatie britannique

    Finalement «prêt»: Londres donnera à Moscou un accès aux enquêtes sur Skripal et Glouchkov

    © REUTERS / Dylan Martinez/
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (114)
    79743

    Londres entend coopérer avec la Russie sur l’enquête concernant l’empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, ainsi que la mort de Nikolaï Glouchkov, a annoncé le ministre britannique des Affaires étrangères.

    Le Royaume-Uni souhaite mener l'investigation sur l'intoxication de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ainsi que sur les circonstances de la mort d'un proche de Boris Berezovsky, Nikolaï Glouchkov, conjointement avec la Russie, a déclaré le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson.

    «Nous voudrions coopérer sur cette question avec la Russie dans les prochains jours», a indiqué M.Johnson.

    Il a ajouté que Londres était prêt à donner à la partie russe un accès à l'enquête dans le cadre de l'affaire Skripal et la mort de M.Glouchkov.

    «Nous ferons tout notre possible pour aider à découvrir les raisons de ce qui s'est passé», a souligné Boris Johnson.

    La partie russe a déjà réagi à cette initiative du chef de la diplomatie britannique.

    «Nous sommes prêts à une telle coopération et nous sommes convaincus que Londres est vraiment prêt à donner un tel accès [à l'enquête sur l'affaire Skripal, ndlr]», a déclaré le sénateur russe Vladimir Djabarov.

    «Nous voyons dans ceci, enfin, un pas vers une normalisation de nos relations. […] Je pense que cela arrive car ils y ont été poussés par leurs partenaires», a-t-il ajouté.

    Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille, ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Selon les enquêteurs britanniques, il s'agit d'un empoisonnement à l'agent neurotoxique A-234.

    Plus tôt, il a été également communiqué que malgré de multiples demandes de Moscou, le Royaume-Uni ne lui transmettra pas d'échantillons de la substance utilisée pour l'empoisonnement de Sergueï Skripal, et de sa fille.

    Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M.Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

    Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations.

    Nikolaï Glouchkov, un proche de l'oligarque russe décédé Boris Berezovsky, condamné en Russie à huit ans de prison pour les vols dans la compagnie aérienne russe Aeroflot, a été retrouvé mort le 12 mars à Londres. Selon Scotland Yard, M.Glouchakov a été étranglé. Sa mort a été qualifiée d'assassinat.

    Dossier:
    Affaire Skripal (114)

    Lire aussi:

    Moscou: soit Londres est incapable de se protéger, soit il est derrière l’affaire Skripal
    Affaire Skripal: la Russie ouvre sa propre enquête
    Les médias révèlent de nouveaux détails sur l’empoisonnement de Skripal
    Tags:
    Boris Berezovski, empoisonnement, meurtre, coopération, oligarques, espionnage, Scotland Yard, Aeroflot, Foreign Office, Sergueï Skripal, Vladimir Djabarov, Boris Johnson, Theresa May, Royaume-Uni, Londres, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik