International
URL courte
Affaire Skripal (128)
27823
S'abonner

L'ambassade de Russie à Londres a fait une nouvelle fois preuve d'humour en évoquant le déroulement de l'enquête sur l'intoxication de l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury.

Pour commenter l'investigation sur l'affaire Skripal, l'ambassade de Russie au Royaume-Uni s'est voulue ironique.

«En l'absence de preuves, nous avons impérativement besoin du [détective Hercule, ndlr] Poirot à Salisbury!», a écrit l'ambassade sur sa page Twitter.

Le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, avait précédemment déclaré que le Royaume-Uni souhaitait mener l'enquête sur l'intoxication de Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, ainsi que sur les circonstances de la mort d'un proche de Boris Berezovsky, Nikolaï Glouchkov, conjointement avec la Russie et qu'il était prêt à donner à la partie russe un accès à l'enquête.

Il avait toutefois affirmé le 15 mars dernier que Londres disposait de preuves irréfutables de l'implication de Moscou dans l'affaire Skripal.

Le 4 mars, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Qualifiant l'affaire de «provocation», la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté estimé que les propos de la Première ministre britannique étaient un «cirque en plein parlement».

En réponse à la décision de Londres d'expulser 23 diplomates russes, Moscou a annoncé celle de 23 diplomates britanniques, la fin des activités du Conseil britannique dans le pays et le retrait de son autorisation à l'ouverture d'un consulat à Saint-Pétersbourg.

Dossier:
Affaire Skripal (128)

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Le corps d’un homme mort depuis six ans découvert grâce… à des pigeons
Tags:
Boris Berezovski, sens de l'humour, intoxication, enquête, ambassade de Russie au Royaume-Uni, Twitter, Inc, Sergueï Skripal, Boris Johnson, Theresa May, Maria Zakharova, Salisbury, Saint-Pétersbourg, Royaume-Uni, Londres, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook