Ecoutez Radio Sputnik
    Yann Arnaud

    La vidéo à fendre le cœur du numéro mortel d'un trapéziste français du Cirque du Soleil

    © AP Photo / Michael Kass via AP
    International
    URL courte
    9042

    Ce numéro a coûté la vie au trapéziste Yann Arnaud, malgré son expérience des acrobaties réalisées à des hauteurs impressionnantes. Après avoir lourdement chuté au sol pendant que son partenaire poursuivait son mouvement, il est décédé peu après.

    Samedi soir, l'acrobate français Yann Arnaud, qui avait rejoint l'équipe du Cirque du Soleil il y a plus de 15 ans, évoluait sur des anneaux lorsqu'une de ses mains a glissé. Il a fait une chute d'environ six mètres. L'horrible accident est survenu lors d'une représentation à Tampa, dans l'État américain de Floride.

    Yann Arnaud a été transporté en urgence à l'hôpital de Tampa, où il s'est éteint plus tard à l'âge de 38 ans. Bien que le décès soit considéré comme accidentel, une enquête policière a été ouverte, conformément à la législation en vigueur. Les deux dernières représentations du spectacle qui étaient prévues dimanche à Tampa ont été annulées.

    «La grande famille du Cirque du Soleil est sous le choc et dévasté par cette tragédie», a déclaré le PDG de l'entreprise de divertissement, Daniel Lamarre, dans un communiqué.

    Quelques heures seulement avant de monter aux cieux, l'aéroniste a posté une photo sur Instagram pour annoncer qu'il allait enfin inclure un numéro à double sangle dans le spectacle.

    En 34 ans d'existence, c'est la troisième fois qu'un artiste de la troupe trouve la mort pendant une représentation.

    Lire aussi:

    Les traits particuliers qu’un artiste du Cirque du Soleil apprécie auprès du public russe
    Ce Français fait l’armée en Crimée et raconte comment cela a changé sa vie
    Un binational franco-russe explique ce qui le poussera à voter à la présidentielle russe
    Tags:
    vidéo, décès, acrobatie, cirque, performance, Cirque du Soleil, France, Floride, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik