Ecoutez Radio Sputnik
    Teheran

    Téhéran dénonce un «énorme mensonge» de l'Arabie saoudite

    © Fotolia / Borna_Mir
    International
    URL courte
    17544

    L'Iran a totalement réfuté les propos du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman, ministre de la Défense du royaume, qui a récemment déclaré que les autorités iraniennes avaient accueilli et protégé le fils d'Oussama ben Laden, le fondateur de l'organisation terroriste Al-Qaïda*.

    Le ministère iranien des Affaire étrangères a démenti les déclarations du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman qui avait accusé l'Iran d'avoir protégé sur son territoire des responsables d'Al-Qaïda*, y compris des membres de la famille ben Laden.

    «Les déclarations de ben Salman sur la présence de dirigeants d'Al-Qaïda* en Iran sont un énorme mensonge», a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qasemi.

    Il a également noté que l'Arabie Saoudite était l'un des pays qui «ont joué un rôle important dans la création d'Al-Qaïda*».

    «Il [Mohammed ben Salman, ndlr] ne sera pas en mesure de cacher le rôle du royaume saoudien dans l'organisation de la tragédie la plus sanglante de l'histoire moderne, [les attentats terroristes aux États-Unis, ndrl] du 11septembre 2001», lit-on le site du ministère iranien des Affaires étrangères

    Dans l'entretien accordé à la chaîne américaine CBS, le prince Mohammed ben Salman a accusé l'Iran d'avoir recruté certains des Saoudiens qui ont participé aux attaques du 11 septembre à New York dans le but «de provoquer une rupture entre le Proche-Orient et l'Occident, entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis d'Amérique».

    *Organisations interdites en Russie

    Lire aussi:

    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    L'Arabie saoudite révèle ses projets sur le développement de la bombe nucléaire
    Les USA ne seraient pas satisfaits du futur roi saoudien
    Tags:
    Al-Qaïda, Mohammed Ben Salmane, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik