International
URL courte
17544
S'abonner

L'Iran a totalement réfuté les propos du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman, ministre de la Défense du royaume, qui a récemment déclaré que les autorités iraniennes avaient accueilli et protégé le fils d'Oussama ben Laden, le fondateur de l'organisation terroriste Al-Qaïda*.

Le ministère iranien des Affaire étrangères a démenti les déclarations du prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman qui avait accusé l'Iran d'avoir protégé sur son territoire des responsables d'Al-Qaïda*, y compris des membres de la famille ben Laden.

«Les déclarations de ben Salman sur la présence de dirigeants d'Al-Qaïda* en Iran sont un énorme mensonge», a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Bahram Qasemi.

Il a également noté que l'Arabie Saoudite était l'un des pays qui «ont joué un rôle important dans la création d'Al-Qaïda*».

«Il [Mohammed ben Salman, ndlr] ne sera pas en mesure de cacher le rôle du royaume saoudien dans l'organisation de la tragédie la plus sanglante de l'histoire moderne, [les attentats terroristes aux États-Unis, ndrl] du 11septembre 2001», lit-on le site du ministère iranien des Affaires étrangères

Dans l'entretien accordé à la chaîne américaine CBS, le prince Mohammed ben Salman a accusé l'Iran d'avoir recruté certains des Saoudiens qui ont participé aux attaques du 11 septembre à New York dans le but «de provoquer une rupture entre le Proche-Orient et l'Occident, entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis d'Amérique».

*Organisations interdites en Russie

Lire aussi:

La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Al-Qaïda, Arabie Saoudite, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook