Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Armes chimiques: ignorer Damas est faire le jeu des terroristes, pour la Défense russe

    © Sputnik . Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    12451

    Damas est prêt à collaborer à toute enquête sur le recours aux armes chimiques en Syrie. Toutefois, les organisations internationales ont refusé de coopérer avec la partie syrienne en la matière, ce qui est en fait une certaine forme de complicité avec les terroristes, estime la Défense russe.

    Lorsqu'elles enquêtaient sur les attaques chimiques perpétrées sur le sol syrien, les organisations internationales ont refusé de coopérer avec Damas, faisant ainsi le jeu des terroristes, a estimé ce mercredi le major-général Igor Kirillov, chef des Troupes russes de la protection radio, chimique et biologique.

    «Les organisations internationales ont refusé de coopérer avec le gouvernement syrien, soutenant ainsi les organisations terroristes dans leurs activités illégales. Le ministère syrien des Affaires étrangères a fait la preuve que plus de 140 tonnes de substances toxiques avaient été découvertes dans les territoires libérés», a-t-il déclaré lors d’un point presse organisé aujourd'hui au ministère russe des Affaires étrangères.

    Et de rappeler que Damas avait officiellement confirmé sa volonté de contribuer à toute enquête sur le recours aux armes chimiques en Syrie et avait demandé à plusieurs reprises que des experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) soient envoyés à Alep, à Khan Cheikhoun et dans la Ghouta orientale. Toutefois, ces sollicitations avaient été à chaque fois rejetées sous prétexte que les zones en question n'étaient pas sûres.

     

    Lire aussi:

    Damas constate l’échec du Mécanisme conjoint d'enquête sur les attaques chimiques en Syrie
    «Un nouveau spectacle» avec l'emploi d'armes chimiques se monte en Syrie
    Arme chimique: deux derniers sites détruits en Syrie par les Russes
    Tags:
    organisations internationales, enquête, terrorisme, armes chimiques, OIAC, ministère russe de la Défense, Igor Kirillov, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik