Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    «Le temps est venu»: le cofondateur de WhatsApp lance un appel à renoncer à Facebook

    © AP Photo / Matt Rourke
    International
    URL courte
    4242

    Le cofondateur de l'application WhatsApp, Brian Acton, a publié un appel sur fond de scandale sur le siphonnage des données personnelles de 50 millions d'utilisateurs de Facebook aux Etats-Unis.

    Le programmeur, homme d'affaires et cofondateur de l'application WatsApp, Brian Acton, a exhorté les internautes à effacer leurs profils de Facebook après qu'a éclaté le scandale de Cambrige Analytica.

    Le temps est venu. Effacez Facebook

    Brian Acton a publié son appel sur son compte Twitter après qu'il a été révélé que l'entreprise britannique Cambrige Analytica, qui a collaboré avec l'équipe de campagne du candidat Trump, avait stocké et analysé les données personnelles de près de 50 millions d'utilisateurs de Facebook.

    En 2014, la Cambridge Analytica a payé 800.000 dollars pour développer une application permettant de recueillir les données des utilisateurs de Facebook. L'application thisisyourdigitallife a été conçue par Alexandre Kogan, un collaborateur scientifique de Cambridge, et se présentait sous la forme d'un test de personnalité.

    Les personnes qui acceptaient de passer ce test étaient rémunérées et il leur était demandé de donner leur accord à l'utilisation de leurs données personnelles «uniquement à des fins scientifiques». Au total, un peu plus de 270.000 personnes ont accepté de répondre au questionnaire. Mais, les participants ignoraient que cette application avait accès non seulement à leurs données personnelles, mais également à celles de leurs amis.

    Ainsi, les auteurs ont eu accès aux profils de près de 50 millions d'utilisateurs.

    Lire aussi:

    Facebook sommé de s’expliquer après le siphonnage des informations de 50 M d’utilisateurs
    Cambridge Analytica dans le viseur d’une enquête du FBI
    Comment une société pro-Trump s'est emparée des données de 50 millions de profils Facebook
    Tags:
    scandale, WhatsApp, Facebook
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik