Ecoutez Radio Sputnik
    Israël admet avoir détruit un réacteur nucléaire en Syrie (vidéo)

    Israël admet avoir détruit un réacteur nucléaire en Syrie (vidéo)

    CC0 / edu_castro27
    International
    URL courte
    13216

    L'armée israélienne a publié la vidéo d’une frappe aérienne menée en 2007 sur un réacteur nucléaire situé dans la province syrienne de Deir ez-Zor.

    Dans la nuit du 5 au 6 septembre 2007, Israël a effectué une frappe aérienne sur un réacteur nucléaire qui se trouvait à environ 450 km au nord-est de Damas, en Syrie, et dont la construction était en cours d'achèvement, a déclaré Tsahal dans un communiqué. Une vidéo montrant ce bombardement a été diffusé par les militaires israéliens.

    «Quatre avions F-16 ont éliminé la menace nucléaire non seulement pour Israël mais aussi pour toute la région», ont notamment annoncé les militaires israéliens.

    Ils ont également expliqué que cette information n'a été rendue publique que maintenant parce que l'État hébreu s'attendait à une riposte de la part des autorités syriennes.

    «Seulement quelques années plus tard, la province de Deir ez-Zor a été envahie par Daech*. Nous n'imaginons même pas les dégâts qu'ils auraient pu commettre s'ils s'étaient emparés de ce site», ont souligné les militaires israéliens.

    C'est la deuxième fois qu'Israël détruit des installations nucléaires dans un pays du Moyen-Orient en ayant recours à des moyens militaires. En 1981, les forces aériennes de l'État hébreu avaient détruit un réacteur en Irak dont la construction était également en cours.

    *Daech est une organisation terroriste interdite en Russie.

    Lire aussi:

    Israël fait la lumière sur la destruction d'un réacteur nucléaire en Syrie
    «Israël a menti, parce que ce qu'il avait frappé en 2007 n'était pas un site nucléaire»
    Pourquoi Israël reconnaît avoir détruit un site nucléaire en Syrie
    Tags:
    réacteurs nucléaires, frappe aérienne, Deir ez-Zor, Damas, Israël, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik