Ecoutez Radio Sputnik
    Irak (archives)

    «C’était un crime»: les USA ont causé la «désintégration douloureuse d’un pays entier»

    © REUTERS / Suhaib Salem
    International
    URL courte
    14500

    Quelles sont les conséquences de l’invasion par les États-Unis de l’Irak en 2003 sur la vie de ses habitants et comment qualifient-ils cet épisode de son histoire? De «crime», selon l’écrivain irakien Sinan Antoon qui a parlé de cette guerre dans un article du journal The New York Times intitulé «Il y a 15 ans, les USA ont détruit mon pays».

    Le conflit armé que les autorités américaines ont déclenché en Irak sous prétexte de destituer Saddam Hussein a détruit cet État, a écrit dans The New York Times l'écrivain irakien Sinan Antoon.

    «Renverser Saddam n'était qu'un sous-produit d'un autre objectif: abolir l'État irakien et ses institutions. Cet État a été remplacé par un demi-État dysfonctionnel et corrompu», a-t-il notamment fait remarquer.

    D'après M.Antoon, personne ne connaît le nombre exact des Irakiens tués dans cette guerre.

    «Selon certaines estimations crédibles, il est question de plus d'un million. Vous pouvez relire cette phrase. Aux États-Unis, l'invasion de l'Irak est souvent considérée comme une gaffe ou une erreur colossale. C'était un crime. Ceux qui l'ont commis sont toujours en liberté», a souligné l'écrivain.

    Sinan Antoon a quitté son pays quelques mois après la guerre de Golfe de 1991 et s'est installé aux États-Unis pour y faire des études. Il a ensuite pris la décision d'y rester. M.Antoon retourne de temps en temps en Irak.

    «Une des rares sources de joie pour moi durant ces visites étaient mes rencontres avec les Irakiens qui ont lu mes romans et ont été inspirés par eux. Ce sont les romans que j'ai écrits de loin, et par leur intermédiaire, j'ai tenté de m'attaquer à la désintégration douloureuse d'un pays entier et à la destruction de son tissu social. Ces textes sont hantés par les fantômes des morts, tout comme leur auteur», a indiqué l'écrivain.

    Quinze ans après l'intervention américaine en Irak prétendument menée pour y établir la démocratie, le pays se relève difficilement.

    Lire aussi:

    Les Irakiens commencent à regretter Saddam Hussein
    15 ans de guerre en Irak: «jamais les Américains ne se sont excusés»
    15e anniversaire de l'invasion américaine en Irak
    Tags:
    erreurs, crimes, conflit, guerre, États-Unis, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik