Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre des affaires Étrangères irakien, Ibrahim al-Jaafari

    La tension entre l’Irak et la Turquie est-elle montée d’un cran supplémentaire?

    © AP Photo / Karim Kadim
    International
    URL courte
    9287

    L’Irak a fait savoir aux autorités turques, qu’il n’accepterait pas «que la Turquie mène des opérations militaires contre les pays voisins» en utilisant le territoire irakien comme base arrière.

    Le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari, a déclaré mercredi 21 mars au vice-ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Yildiz, que son pays «s'oppose catégoriquement à ce que la Turquie mène des opérations militaires contre les pays voisins» de l'Irak à partir du territoire irakien, «ou qu'elle viole les frontières de l'Irak, tout en réaffirmant l'exigence de son pays à ce que les forces armées turques se retirent de la ville de Bashiqa», selon un communiqué du ministère irakien des Affaires étrangères.

    «L'Irak a tourné la page de la confrontation avec le groupe terroriste Daech*, il a remporté de grandes victoires et a libéré son territoire (…) aujourd'hui, il se consacre à sa reconstruction et à l'édification de ses villes», a déclaré le ministre en précisant « qu'il existe des opportunités pour renforcer la coopération entre les deux pays et augmenter le volume des investissements et des échanges commerciaux», selon ce même communiqué.

    «La stratégie de l'Irak en matière de relations internationales repose sur la promotion d'intérêts communs, la lutte contre les dangers communs, la préservation de la souveraineté et la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États», a rajouté le responsable irakien, réaffirmant que « l'Irak ne permettra pas la présence de troupes étrangères sur son territoire pour mener des opérations militaires dans des pays voisins», est-il indiqué.

    Ibrahim al-Jaafari a émis le vœu que l'Irak et la Turquie «continuent à coordonner leurs efforts et à coopérer pour résoudre les crises que traverse toute la région». «Il faut rétablir la sécurité, la stabilité et surmonter les graves problèmes auxquels la région est confrontée», a-t-il conclu.

    De son côté, le diplomate turc a réitéré l'engagement de son pays «à aider les Irakiens dans tous les domaines et à travailler à augmenter le volume des échanges commerciaux, à aider la coopération économique entre les deux pays, à proposer des aides d'expertises dans divers domaines et à échanger les expériences, et à augmenter le nombre d'entreprises turques travaillant en Irak », selon le communiqué. Ahmet Yildiz a aussi réaffirmé la participation de la Turquie au sommet international consacré à la reconstruction de l'Irak qui sera organisé prochainement au Koweït, précise encore le ministère.

    * Daech est une organisation terroriste interdite en Russie.

    Lire aussi:

    La France dans le terrain miné de la reconstruction de l’Irak
    Pour quelles raisons Ankara va-t-il allouer 5 mds USD à la reconstruction de l’Irak?
    Le Rameau d'olivier n’étendra pas son ombre sur l’Irak sans l’aval de Bagdad
    Tags:
    violation de la frontière, territoire, frontière, armée, Ibrahim al-Jaafari, Turquie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik