Ecoutez Radio Sputnik
    Nautilus

    Crime sur le Nautilus: l’inventeur danois explique pourquoi il a démembré la journaliste

    © AP Photo / Ritzau Foto
    International
    URL courte
    8031

    Une nouvelle version, mais toujours pas d’aveux. L’inventeur danois Peter Madsen a avancé une nouvelle cause du décès de la journaliste suédoise Kim Wall survenu à bord de son sous-marin et a expliqué les raisons pour lesquelles il a démembré son cadavre.

    Soupçonné du meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall à bord de son sous-marin Nautilus, l’inventeur danois Peter Madsen s’est enfin prononcé sur les raisons qui l’ont poussé à la démembrer, écrit The Week

    Une nouvelle version des circonstances de la mort de la journaliste a été avancée par Madsen lors de la deuxième journée de son procès qui se déroule à Copenhague. Cette fois-ci, il assure qu’elle est morte par asphyxie en respirant des gaz d’échappement à bord du Nautilus. En proie à la panique sous l’emprise de ces mêmes gaz, il a cherché un moyen pour se débarrasser du cadavre.

    Comme il l’affirme, il a porté plusieurs coups au corps de la journaliste avec un tourne-vice «pour que les gaz ne s’accumulent pas à l’intérieur». Il nie avoir été guidé par un élan érotique ou sexuel et avoir gardé les sous-vêtements de la victime comme trophée. 

    Après la diffusion dans la salle d’audience de trois vidéos montrant la décapitation de trois femmes que Madsen avait regardées quelques jours avant sa rencontre avec Kim Wall, ce dernier a nié que ce sont ces enregistrements qui auraient pu le pousser à assassiner la Suédoise. 

    À la question de la justice de savoir pourquoi il les avaient donc regardées, l’accusé a répondu que pendant le démembrement il s’est souvenu du film Seven (de David Ficher). Selon lui, la décapitation joue un rôle clé dans les sujets des films hollywoodiens. 

    Rappelons que l'inventeur danois a été officiellement inculpé le 16 janvier de l'assassinat de la journaliste Kim Wall, dont il nie toujours avoir été l'auteur.

    L'enquête a été lancée en août après la disparition de la journaliste suédoise, qui a été vue pour la dernière fois à bord du sous-marin Nautilus en compagnie de son concepteur. Peter Madsen est détenu depuis le mois d'août. Il sera jugé à partir du 8 mars prochain et le procès devra prendre fin le 25 avril.

    Kim Wall, qui faisait un reportage sur l'ingénieur autodidacte Peter Madsen, a disparu après avoir embarqué le 10 août 2017 à bord du Nautilus. Tout d'abord, l'inventeur a assuré l'avoir déposée à la pointe de Refshaleoen le soir-même. Toutefois, il a ensuite modifié ses déclarations, précisant que la journaliste avait péri des suites d'un accident tragique survenu à bord de son sous-marin: selon sa version initiale, elle a reçu un coup d'écoutille sur la tête. Le tronc de la journaliste, décapité et démembré, a été retrouvé dans la baie de Koege quelques jours après sa disparition.

    En octobre et en novembre, d'autres membres du corps de la Suédoise ont été repêchés. La police n'a alors détecté aucun signe de fracture sur le crâne de Wall. Madsen, qui a fini par reconnaître avoir démembré la journaliste, nie toujours son implication dans le meurtre.

    Lire aussi:

    Sous-marin danois: le meurtrier présumé de la journaliste suédoise persiste et signe
    Inculpation du meurtrier présumé de la journaliste suédoise à bord du sous-marin danois
    Mort dans un sous-marin: une pièce en métal attachée au tronc de la journaliste démembrée
    Tags:
    meurtre, tribunal, crimes, justice, Nautilus, Peter Madsen, Kim Wall, Danemark, Copenhague, Suède
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik