Ecoutez Radio Sputnik
    UDonald Trump

    Trump: «les fake-médias sont affolés, car ils voulaient que je critique» Poutine

    © AP Photo / Evan Vucci
    International
    URL courte
    12686

    Après avoir félicité Vladimir Poutine pour sa réélection à la tête de l’État russe, Donald Trump a expliqué en quoi les médias qui ne voulaient pas qu’il adresse ce message à son homologue, mais plutôt le critique, avaient tort.

    Le Président américain Donald Trump n’est pas d’accord avec les médias qui avaient exigé qu’il critique son homologue russe Vladimir Poutine plutôt qu’il ne lui adresse un message de félicitations. Toutefois, le locataire de la Maison-Blanche est persuadé qu’il faut trouver un terrain d’entente avec la Russie. 

    «J’ai appelé le Président russe Poutine pour le féliciter à l’occasion de sa victoire aux élections. Par le passé Obama l’a également appelé. Les fake-médias sont affolés, car ils voulaient que je le critique. Ils ont tort! S’entendre avec la Russie et avec les autres, ce n’est pas mal, mais bien», a écrit Donald Trump sur son compte Twitter. 

    Donald Trump a téléphoné mardi à Vladimir Poutine afin de le féliciter pour sa réélection. Les deux Présidents ont également abordé d'autres questions telles que la lutte contre le terrorisme et les efforts visant à freiner la course aux armements. M.Trump a qualifié cette conversation de «très bonne».

    Or, comme l’a révélé The Washington Post, les conseillers du Donald Trump le persuadaient de ne pas féliciter Vladimir Poutine pour sa victoire à la présidentielle russe. Ils ont même marqué les documents relatifs à la Russie préparés pour le Président américain de la mention «Ne félicitons pas». Mais Donald Trump n'a pas pris leur opinion en compte.

    Lire aussi:

    «Ne félicitons pas!»: Trump est allé à contre-courant en téléphonant à Poutine
    Rencontre Moscou-Washington: quel rôle incombe à Belgrade?
    Trump a-t-il vraiment défié Poutine de remporter la course aux armements?
    Tags:
    relations, médias, Donald Trump, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik