Ecoutez Radio Sputnik
    minage

    Des cryptomonnaies «écologiques»? Une initiative russe au profit de la planète

    © Sputnik . Eugene Odinokov
    International
    URL courte
    Irina Tarassova
    0 82

    Pour la première fois, les mineurs de cryptomonnaies russes, invitant leurs collègues étrangers, se joignent à l’action écologique internationale «Earth Hour». L’organisateur de la «Crypto Hour», Piotr Dvoriankine, a expliqué à Sputnik le but de cette campagne et a dévoilé certaines astuces afin de fabriquer de l'argent venant de nulle part.

    Dans le cadre de la mobilisation citoyenne pour la planète organisée depuis 2007, «Earth Hour», des experts russes dans les domaines du minage, des cryptomonnaies et du blockchain ont lancé leur propre campagne «Crypto Hour», ayant pour but d'exhorter les mineurs de cryptomonnaies du monde entier à éteindre leur équipement le 24 mars à 20h30, pendant une heure.

    Dans une interview accordée à Sputnik, l'organisateur de l'action, Piotr Dvoriankine, membre du conseil d'experts de la Douma d'État sur le soutien législatif pour le développement des technologies financières et fondateur du réseau international d'investisseurs professionnels dans les actifs numériques de CryptoLife, a appelé les mineurs du monde entier à prendre part à cette campagne afin de réfléchir à la façon «d'écologiser» les technologies blockchain et de faire preuve d'engagement envers les idées visant à prendre soin de la planète.

    «En général, l'action est positive, écologique: il ne s'agit pas d'éteindre l'électricité pendant une heure, mais de forcer à réfléchir dans la bonne direction. Nous avons pris ce principe comme base, car les technologies numériques sont au cœur de l'industrie du futur: l'intelligence artificielle, le Big Data et le blockchain sont des composantes de la future mosaïque numérique», a indiqué Piotr Dvoriankine.

    Comme le note l'expert, le réseau Bitcoin (BTC) utilise déjà plus de 50 térawatt/heure d'énergie par an, ajoutant que si l'utilisation continue au rythme actuel, l'exploitation minière du BTC utilisera autant d'électricité que le reste du monde combiné d'ici 2020.

    «Essayons de commuter l'équipement minier à des sources d'énergie renouvelables. Nous comprenons que ceux qui s'enrichissent de cette façon ne l'abandonneront jamais, mais nous leur proposons de penser à l'avenir. Nous voulons expliquer que si le problème n'est pas résolu dans les dix ans à venir, il pourrait devenir total», estime Piotr Dvoriankine.

    Comme moyen de résoudre le problème, M. Dvoriankine a avancé l'idée de créer des cartes de «mines écologiques» qui pourraient montrer les endroits les plus écologiques pour l'extraction de cryptomonnaies en raison de leur proximité avec des sources d'énergie renouvelables dans des zones avec de bonnes températures.

    «L'une des voies supplémentaires pour le développement de l'exploitation minière écologique peut être la création de sources autonomes d'énergie renouvelable pour le consommateur final sous la forme de centres miniers. En fait, nous pouvons créer des "écosystèmes" visant à générer des profits partout où il y a certaines conditions naturelles préalables (vent, soleil, sources géothermiques). Des projets similaires peuvent devenir intéressants pour de grandes institutions financières comme les BRICS, et d'autres».

    Et d'ajouter: «On peut s'enrichir d'une façon moins dommageable pour la nature. La thèse principale: le progrès. De nouvelles inventions devraient améliorer notre vie et réduire la quantité de ressources nécessaires pour ces avantages. Mais quand la quantité de ressources pour maintenir ce réseau augmente, même s'il a beaucoup d'avantages, à quoi bon? »

    Selon les initiateurs, les investissements dans le minage écologique pourraient devenir une incitation supplémentaire pour le développement de l'énergie verte, et dans les 3-5 années à venir, ces investissements pourraient rapporter au budget des millions [de dollars, NDLR] par année sous la forme de taxes et de frais. Comme l'a indiqué Piotr Dvoriankine, cela pourrait réellement devenir de «l'argent sorti de nulle part».

    Pour le moment, des mineurs russes, japonais, chinois, canadiens, géorgiens, bulgares et polonais sont enregistrés comme participants de l'action. Les organisateurs prévoient que dans le cadre de l'évènement, compte tenu du fait que cette campagne de sensibilisation est organisée pour la première fois, plus de 5 mW seront économisés dans le monde entier. Dans le même temps, l'absence d'obligation d'inscription pour participer peut faire que les chiffres réels pourraient être de 10 ou de 100 fois plus élevés.

    Lire aussi:

    Le bitcoin a-t-il plus d'avantages que l’or?
    Acheter ou pas: devrait-on avoir confiance dans les cryptomonnaies?
    La blockchain: précurseur de la nouvelle idéologie mondiale?
    Tags:
    blockchain, cryptomonnaie, intelligence artificielle, écologie, Piotr Dvoriankine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik