Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Un média UK apprend aux écoliers britanniques à avoir peur de «Poutine toxique»

    © Sputnik . Sergei Guneev
    International
    URL courte
    19339

    Dans le cas où les écoliers du Royaume-Uni ne comprennent pas les grands titres des médias concernant la Russie et son Président, une publication spéciale pour les enfants explique comment «Poutine toxique» empoisonne l'Occident, sans prendre la peine de faire la distinction entre les faits et des allégations.

    C'est dès l'école que les Britannique doivent apprendre à avoir peur de la Russie et de son Président. Du moins, il est difficile de voir les choses autrement après la lecture de l'article intitulé «Poutine "Toxique" en mission pour empoisonner l'Occident», paru récemment sur le site the Day dont la mission est d'expliquer aux écoliers britanniques en termes simples ce qui se passe dans le monde.

    Malgré son objectif annoncé d'«aider les lecteurs à poser de bonnes questions plutôt que de croire qu'ils ont les réponses», la rédaction propose aux écoliers un tableau finalisé qui représente le Président russe soit comme «le leadeur le plus dangereux depuis Hitler» soit comme une personnalité bouffie d'orgueil qui attaque ses voisins par faiblesse.

    Ainsi l'article accuse la Russie d'avoir abattu le vol MH17 au-dessus de l'Ukraine, de mener une «guerre éclair numérique» contre l'Europe et d'avoir ordonné l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury.

    L'article omet un contexte crucial concernant toutes ces accusations et affirme tout simplement que «Poutine se contente de sourire et de tout nier». Il affirme également que Poutine «repose sur des stocks d'armes chimiques». Évidemment, les auteurs sont persuadés que les enfants ne vont pas vérifier ces déclarations, sinon ils découvriraient que la Russie a détruit tous ses stocks l'année dernière.

    Ces déclarations sont illustrées par une image non moins terrifiante: Poutine avec le reflet d'une explosion nucléaire dans ses lunettes. Bref, l'article propose un bon exemple de ce que le chroniqueur irlandais Bryan MacDonald a qualifié en 2015 d'une «Russophrénie» qui consiste, selon lui, dans la conviction que la Russie est à la fois sur le point de s'effondrer et de prendre le dessus sur le monde entier.

    Lire aussi:

    Moscou: soit Londres est incapable de se protéger, soit il est derrière l’affaire Skripal
    Moscou se voit refuser l’accès à Skripal
    Les médias révèlent de nouveaux détails sur l’empoisonnement de Skripal
    Tags:
    Vladimir Poutine, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik