Ecoutez Radio Sputnik
    Yémen

    La situation «est extrêmement grave» et Riyad pourrait lâcher «le gouvernement de Hadi»

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    2166

    L’Arabie saoudite qui mène la coalition arabe au Yémen, n’ayant pas atteint ses objectifs, est en passe «de laisser tomber le gouvernement actuel de Hadi», a déclaré un spécialiste du Yémen interrogé par Sputnik.

    La situation au Yémen «est extrêmement grave et il est possible que l'Arabie saoudite laisse tomber le gouvernement actuel de [Abd Rabbo Mansour, ndlr] Hadi», a déclaré Yacine al-Tamimi, spécialiste du Yémen, dans un entretien accordé à Sputnik.

    «La précédente administration américaine avait des approches pour des solutions politiques au Yémen, tout en ayant l'intention de sacrifier l'actuel gouvernement légitime du pays [siégeant à Aden, ndlr]. Cependant, l'actuelle administration américaine a fourni une couverture politique totale à Riyad sans se préoccuper de trouver des solutions politiques», a déclaré l'interlocuteur de Sputnik.

    En commentant la visite qu'effectue Mohammed ben Salmane Al Saoud en ce moment aux États-Unis et ce qu'elle peut apporter comme solution au conflit au Yémen, le spécialiste a expliqué que «le problème est que des élites américaines peuvent transmettre ou faire entendre plus d'un message au prince héritier saoudien sur le conflit au Yémen. Cependant, le Président américain, quant à lui, est plus préoccupé par les ventes d'armes au royaume d'Arabie saoudite et le nombre d'emplois que cette dernière peut créer aux États-Unis, Trump l'a clairement dit devant le prince saoudien», en soulignant qu'«il y'a eu des éditoriaux, des articles dans de grands journaux et des campagnes médiatiques qui se sont attaqués à Mohammed ben Salmane sur la question de la guerre au Yémen», a ajouté Yacine al-Tamimi.

    Et de conclure que l'Alliance militaire islamique pour combattre le terrorisme (AMICT) sous commandement saoudien avait complétement changé d'objectif par rapport à ce qu'elle avait annoncé au début de son intervention et «qui est de soutenir le gouvernement légitime du Yémen».

    «Nous sommes maintenant confrontés à une tâche [de l'AMICT, ndlr] qui peut être clairement centrée sur la fragmentation de l'autorité légitime, sa dilution et son affaiblissement dans une large mesure, mettant fin à son rôle sur la scène nationale et l'empêchant d'exercer ses pouvoirs dans les zones libérées», a lancé l'interlocuteur de l'agence.

    Depuis 2014, le Yémen est en proie à un conflit armé opposant d'une part les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ex-Président Ali Abdallah Saleh, tué le 4 décembre dernier, et d'autre part les forces gouvernementales et les milices populaires loyales au Président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Alliance militaire islamique conduite par l'Arabie saoudite.

    Lire aussi:

    L’Arabie saoudite intercepte un nouveau missile tiré par les Houthis depuis le Yémen
    Rohani accuse l’Arabie saoudite de soutenir des terroristes au Yémen et en Syrie
    Le prince héritier saoudien «rêve de sortir de la guerre au Yémen» qu’il aurait déclenchée
    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, gouvernement, coalition arabe, Abd Rabbo Mansour Hadi, Arabie Saoudite, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik