Ecoutez Radio Sputnik
    Raqqa

    Un caporal US explique pourquoi les habitants ne peuvent pas retourner à Raqqa

    © Sputnik . HİKMET DURGUN
    International
    URL courte
    91511

    Les civils ne parviennent pas à retourner à Raqqa en raison des mines et des pièges laissés par les djihadistes de Daech* ayant quitté la ville, a affirmé à Sputnik un représentant de la coalition internationale.

    Le caporal Ryan Dillon a déclaré à Sputnik que les civils n'arrivaient pas à rejoindre la ville de Raqqa du fait du nombre de pièges laissé par les terroristes, qui avaient pris leurs quartiers dans l'agglomération.

    «Beaucoup de familles veulent retourner chez elles, beaucoup d'entre elles tentent de le faire. Le conseil municipal de Raqqa et le service de sécurité intérieure de la ville (RISF) les en empêchent puisque la ville n'est pas encore déminée», a expliqué le militaire américain.

    D'après lui, les terroristes ont piégé des fours, des jouets et «même des Corans» avant de quitter la ville.

    Raqqa, qui comptait plus de 300.000 habitants avant le début de la guerre syrienne, a été envahie par les terroristes de Daech* en mars 2013. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par l'aviation de la coalition antiterroriste internationale, ont annoncé la reprise de la ville en octobre dernier.

    Les djihadistes de Daech* s'étaient emparés en 2014 de vastes territoires en Irak, dont la deuxième plus grande ville du pays, Mossoul. En 2017, les terroristes ont été chassés de Mossoul à l'issue d'une opération militaire de grande ampleur. La ville syrienne de Raqqa, où opéraient également les terroristes de Daech et où vivaient des civils a elle aussi été bombardée par la coalition.

    *Daech est une organisation terroriste interdite en Russie 

    Lire aussi:

    Lavrov: une mission d'évaluation de l'Onu sera envoyée à Raqqa
    Poutine appelle l’Occident à enquêter sur la mort des civils à Mossoul et à Raqqa
    À Raqqa, une centaine de combattants de Daech se sont rendus
    Tags:
    piège, mine, guerre, Raqqa, Russie, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik