Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Et si la Main qui s'ingère dans les élections n'était pas celle de Moscou?

    © Sputnik . Alex McNaughton
    International
    URL courte
    17681

    Le lanceur d’alerte Julian Assange a partagé sur son compte Twitter une publication du magazine Bella Caledonia spécialisé dans les analyses politiques, selon laquelle la présidentielle américaine aurait été manipulée depuis Londres, par des hackers «proches de sa Majesté».

    «Nous avons finalement la preuve irréfutable de l'existence d'éminences grises utilisant des coups tordus en vue de manipuler les élections. Mais ces personnes n'opèrent pas depuis Moscou (…). Au contraire, ce sont des Britanniques, des promus d'Eton (…) et ils entretiennent des liens étroits avec sa Majesté», a publié Julian Assange sur Twitter, en reprenant les propos du magazine écossais Bella Calledonia. L'article en question se penche sur le scandale actuel autour de Facebook.

    Facebook est au cœur d'un scandale retentissant et est déjà visé par des enquêtes et des plaintes des deux côtés de l'Atlantique, après la révélation le week-end dernier du fait que Cambridge Analytica (CA) avait utilisé des données personnelles de 50 millions d'utilisateurs du site — via une application de tests psychologiques mise au point en 2013 par le psychologue Alexandre Kogan — pour les utiliser à des fins politiques.

    Mark Zuckerberg a répété mercredi que M. Kogan avait assuré à Facebook en 2015 avoir effacé ces données, mais que cela s'est ultérieurement révélé faux.

    M. Zuckerberg confirme également que le groupe avait appris en 2015, grâce à un journaliste britannique, que M. Kogan avait partagé ces données avec Cambridge Analytica, société spécialisée dans l'analyse de données et la communication stratégique, qui a travaillé pour la campagne du républicain Donald Trump, élu président des Etats-Unis fin 2016. CA a nié avoir utilisé ce type de données dans ce cadre, même si des déclarations de son patron, recueillies par une caméra cachée, semblent indiquer le contraire.

    Les données personnelles constituent le cœur du modèle économique de Facebook, car elles permettent de cibler les publicités et autres démarchages, qu'elles soient commerciales ou politiques.

    Lire aussi:

    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Comment une société pro-Trump s'est emparée des données de 50 millions de profils Facebook
    Scandale Facebook: comment va réagir le Canada?
    Tags:
    ingérence, Facebook, Inc, Mark Zuckerberg, Julian Assange, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik