Ecoutez Radio Sputnik
    Couloir humanitaire dans la Ghouta orientale

    Défense russe: plus de 4.000 radicaux ont quitté la Ghouta orientale en deux jours

    © Sputnik . Mikhail Alaeddin
    International
    URL courte
    3215

    Plus de 4.000 radicaux du groupe extrémiste Ahrar al-Cham avec les membres de leurs familles ont quitté la Ghouta orientale en deux jours. Ils seront transportés dans la zone de désescalade d'Idlib, annonce le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.

    Le ministère russe de la Défense a annoncé les résultats des efforts visant au règlement de la situation dans la Ghouta orientale.

    «Conformément à l’accord conclu et sous contrôle du Centre russe pour la réconciliation, des membres du groupe armé illégal Ahrar al-Cham sont sortis de la localité d’Harasta al-Bassal. En deux jours, 4.120 radicaux et des membres de leurs familles ont quitté l’enclave. Ils seront tous transportés dans la localité de Qalaat al-Madiq dans la zone de désescalade d'Idlib», a annoncé vendredi Youri Evtouchenko, porte-parole du Centre russe.

    Le général a également indiqué que 103.606 civils avaient quitté la Ghouta orientale avec le concours du Centre russe depuis l’introduction des pauses humanitaires.

    Des pauses humanitaires quotidiennes de cinq heures, de 09h00 à 14h00 heure locale, sont organisées dans la Ghouta orientale depuis le 27 février sur l'ordre de Vladimir Poutine. Dans les premiers jours après leur mise en place, l'évacuation des civils était pratiquement impossible, les radicaux continuant à effectuer leurs tirs de mortiers et de roquettes, empêchant ainsi les civils, dont ils se servent comme bouclier humain, de quitter la zone des combats.

    Lire aussi:

    Défense russe: le nombre de personnes ayant quitté la Ghouta orientale augmente
    Plus de 86.000 civils ont quitté la Ghouta depuis la mise en place des pauses humanitaires
    Plus de 113.000 personnes ont déjà quitté la Ghouta orientale
    Tags:
    Iouri Evtouchenko, radicaux, Ghouta orientale, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik