Ecoutez Radio Sputnik
    Déchets plastiques

    La décharge flottante du Pacifique fait trois fois la France (photos)

    CC BY 2.0 / Kevin Krejci
    International
    URL courte
    6329

    Des milliards de morceaux de plastique forment une gigantesque décharge flottant dans le Pacifique dont la superficie est trois fois plus grande que celle de la France continentale, révèle une nouvelle étude.

    La gigantesque décharge de plastiques qui flotte dans le Pacifique est bien plus importante que ce qui avait été estimé précédemment, selon une étude publiée récemment dans la revue Scientific Reports. D'après ses auteurs, le dénommé vortex de déchets du Pacifique nord s'étend actuellement sur une surface qui fait trois fois la taille de la France.

    Se trouvant à mi-chemin entre Hawaï et la Californie, la plus grosse concentration de plastique au monde couvre 1,6 million de kilomètres carrés. Les chercheurs supposent que le vortex contient près de 1.800 milliards de morceaux de plastique flottant, soit une masse de 80.000 tonnes environ.

    L'étude estime qu'au total huit millions de tonnes de plastiques pénètrent chaque année dans les océans.

    L'auteur principal Laurent Lebreton, de la fondation Ocean Cleanup, souligne qu'un système de barrières flottantes destinées à attraper les plastiques a déjà été mis en place. Une fois opérationnel, il devrait permettre de vider 50% de la décharge du Pacifique en cinq ans.

    Pourtant, ce système de barrières ne pourra pas ramasser les morceaux inférieurs à un centimètre, qui sont particulièrement néfastes pour la santé: ingérées par les poissons, ils entrent ensuite dans la chaîne alimentaire. M.Lebreton reconnaît que les chercheurs sont incapables de dire combien de temps ces particules mettront à disparaître.

    Lire aussi:

    Un dauphin trouve une mort terrible en Thaïlande
    Les sacs en plastique, il y a ceux qui les mangent!
    L'île la plus polluée de la planète est britannique
    Tags:
    environnement, écologie, déchets, océan Pacifique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik