International
URL courte
3132
S'abonner

Au moins un civil a été tué et six autres blessés dans la capitale syrienne lors d’un nouveau pilonnage effectué par des radicaux après une petite accalmie, d'après le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Un nouveau pilonnage fait un mort et six blessés civils à Damas lors d'une nouvelle attaque de roquettes lancée par des radicaux, a annoncé dimanche Iouri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Après une accalmie qui s'expliquait par l'intensification des négociations, les pilonnages de Damas et de ses banlieues ont repris. Ces dernières 24 heures, un club sportif a été pris pour cible dans le quartier Al-Mezzah de Damas. Un civil a été tué et six autres blessés. Il y a des destructions», a indiqué M.Evtouchenko.

Selon lui, on peut considérer ces tirs de roquettes contre les quartiers résidentiels de Damas comme des provocations qui sont appelées à saper les ententes sur l'amélioration de la situation dans la Ghouta orientale, une banlieue de Damas occupée par des formations armées illégales.

Toutefois, le retrait des radicaux de cette enclave continue sous le contrôle du centre russe, d'après M.Evtouchenko. Samedi soir, 998 membres du groupe  Faylaq al-Rahmane et membres de leurs familles ont quitté Erbil, dans la Ghouta orientale, pour être acheminés à Qalaat Al-Mudiq, dans la zone de désescalade d'Idlib.

Les radicaux quittent la Ghouta orientale par un couloir humanitaire mis à leur disposition par les autorités syriennes.

Lire aussi:

Un cortège de mariage tourne au rodéo sauvage dans le Nord - photos
L'Algérie appelle le Maroc à arrêter la construction de sa base militaire à la frontière
«Faiblesse consentie, abandon et renoncement»: La France face à la Turquie et l’Otan
Tags:
zone de désescalade, blessés, pilonnage, Faylaq al-Rahmane, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Iouri Evtouchenko, Idlib, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook