International
URL courte
104
S'abonner

Le Yémen, où plus d’un million d’enfants ont été atteints du choléra en 2017, est menacé d’une nouvelle épidémie de choléra d’ici à quelques mois, selon le directeur de l’Unicef pour le Proche-Orient.

Le Yémen devrait être frappé d'une nouvelle épidémie meurtrière de choléra d'ici à quelques mois, a averti Geert Cappelaere, directeur de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, à la veille du troisième anniversaire du déclenchement de la guerre civile dans le pays.

Geert Cappelaere a rappelé que plus d'un million d'enfants avaient été atteints du choléra l'année dernière en raison du manque d'accès à l'eau et à la vaccination et qu'un enfant yéménite mourait toutes les 10 minutes de maladies évitables.

«Ne nous leurrons pas. Le choléra va revenir. Dans quelques semaines, la saison des pluies va recommencer et sans un investissement énorme et immédiat, le choléra frappera à nouveau les enfants yéménites», a-t-il déclaré dimanche cité par The Guardian.

M.Cappelaere a signalé que l'Unicef avait dû négocier pendant des mois avec les deux parties du conflit pour obtenir la permission de lancer un programme de vaccination.

Lors d'une conférence de presse donnée en Jordanie, il a accusé les deux principales parties du conflit, l'Arabie saoudite et les rebelles yéménites Houthi, de mener une « guerre insensée et brutale contre les enfants ».

«Aucune des parties à cette guerre n'a montré pendant une seule seconde le respect du principe sacré de la protection des enfants», a-t-il déploré.

Depuis 2014, le Yémen est en proie à un conflit armé opposant d'une part les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ex-Président Ali Abdallah Saleh, tué le 4 décembre dernier, et d'autre part les forces gouvernementales et les milices populaires loyales au Président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Alliance militaire islamique conduite par l'Arabie saoudite.

Lire aussi:

Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Prudence de Sioux: pourquoi Merkel ne veut absolument pas désobliger la Turquie
L’interpellation d’une commerçante refusant de porter un masque au marché fait polémique - vidéo
Tags:
choléra, Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook