Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants en Hongrie

    «Il existe un lien étroit entre immigration et terrorisme», selon un ministre hongrois

    © REUTERS / Marko Djurica
    International
    URL courte
    2230

    La dernière attaque terroriste montre qu’il existe un lien entre le terrorisme et l’immigration, a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce Peter Szijjarto lors d’une conférence de presse. Ses propos ont été relayés par The Hungary Journal.

    Lors de sa dernière conférence de presse du 24 mars, le ministre hongrois Peter Szijjarto a commenté la récente prise d'otages dans le sud de la France.

    «Le dernier attentat en France prouve qu'il y a un lien étroit entre immigration et terrorisme», a-t-il déclaré cité par The Hungary Journal.

    ​L'homme politique a également fait part de ses préoccupations:

    «La Hongrie considère l'immigration comme inutile et comme un danger vital. C'est le devoir national du gouvernement hongrois de protéger ses citoyens», a-t-il rajouté.

    Précédemment, un autre ministre hongrois, celui de l'Économie, Mihaly Varga, a aussi insisté sur le lien entre les attaques terroristes et les vagues de migrants. À son avis, la migration aurait un coût considérable, il faut penser à ses conséquences sociales, aux problèmes de l'intégration et aux différences culturelles.

    Probablement, de telles paroles des ministres hongrois sont à replacer dans le contexte de campagne électorale car les élections législatives en Hongrie auront lieu le 8 avril 2018.

    Un Français d'origine marocaine de 25 ans, Redouane Lakdim, fiché S, a mené plusieurs attaques vendredi 23 mars à Carcassonne et Trèbes (Aude), avant d'être abattu par le GIGN dans un supermarché Super U. Il s'était présenté comme «un soldat» du groupe djihadiste Daech*, qui a après coup revendiqué les attaques. Les attaques ont fait quatre morts, dont trois dans le supermarché, en comptant le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a succombé à ses blessures le 24 mars, et 15 blessés.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Face aux critiques de l’Onu, la Hongrie dit qu’elle ne sera «jamais un pays de migrants»
    Sept mois après les attentats de Trèbes, trois suspects mis en examen
    «Combien de victimes faut-il encore»: des Français réagissent aux attaques dans l’Aude
    Tags:
    terrorisme, immigration, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik