Ecoutez Radio Sputnik
    Une école en Palestine

    Conflit israélo-palestinien: une éventuelle «guerre religieuse serait une catastrophe»

    © AFP 2018 Ahmad Gharabli
    International
    URL courte
    9162

    Les quatre grandes questions du conflit israélo-palestinien ont été commentées pour Sputnik par l’ambassadeur de Palestine en Russie, Abdelhafiz Nofal, qui a appelé Moscou à apporter son aide.

    La Russie peut jouer un rôle très important dans le règlement du conflit israélo-palestinien et la Palestine lui sera reconnaissante pour tout effort dans ce sens, a déclaré à Sputnik Abdelhafiz Nofal, ambassadeur de Palestine en Russie.

    «Nous estimons que la Russie peut jouer un rôle plus important dans ce dossier. Elle peut avoir un dialogue constructif avec les États-Unis, la Chine et les pays occidentaux afin de créer des conditions propices à la mise en place d'un nouveau mécanisme [pour la solution du problème, ndlr]», a-t-il affirmé.

    Selon lui, la question palestinienne est aujourd'hui «la plus compliquée du monde».

    «Nous ne demandons pas [beaucoup, ndlr] à la Russie parce qu'elle traverse elle-même une période difficile suite aux sanctions économiques qui lui ont été imposées, mais nous lui serons reconnaissants pour n'importe quel effort», a souligné Abdelhafiz Nofal.

    Évoquant le fond du conflit israélo-palestinien, il a indiqué que quatre grandes questions se posaient dans ce contexte.

    «Tout a commencé avec l'annonce du transfert de l'ambassade des États-Unis en Israël à Jérusalem, ce qui est loin de satisfaire les Palestiniens, a poursuivi Abdelhafiz Nofal. De telles décisions doivent être coordonnées entre les deux parties. C'est la condition sine qua non de la solution des quatre questions litigieuses [entre Israël et la Palestine, ndlr]: le statut de Jérusalem, les réfugiés palestiniens, les frontières et l'installation de colonies.»

    Il a mis en relief le danger du conflit palestino-israélien et a fait remarquer que si celui-ci dégénérait «en guerre religieuse entre les juifs, d'une part, et les chrétiens et les musulmans, d'autre part, ce serait une grande catastrophe pour la région».

    «La communauté internationale se doit de réagir le plus vite possible afin d'empêcher» de tels développements, a-t-il indiqué.

    Pour ce qui est de l'assistance américaine dans la résorption du conflit, Abdelhafiz Nofal l'a qualifiée de «subjective» et a déclaré souhaiter «une médiation internationale et non seulement américaine».

    L'Autorité palestinienne, le Hamas et l'Égypte font front commun contre le plan de paix US, appelé «deal du siècle», en affirmant leur «refus catégorique» de ce dernier.

    Le Président palestinien Mahmoud Abbas avait précédemment avancé à l'Onu la proposition de mettre en place un mécanisme international multilatéral pour régler le conflit israélo-palestinien afin de limiter la prédominance des États-Unis dans le processus de paix.

    Quant à l'intention de Washington de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer son ambassade, l'annonce, faite par le Président Donald Trump le 6 décembre dernier, a provoqué la colère dans de nombreux pays du monde arabe, ainsi que des émeutes dans les territoires palestiniens.

    Lire aussi:

    La Palestine compte sur la Russie, selon l'ambassadeur palestinien à Moscou
    Poutine: la Palestine et Israël doivent combattre ensemble le terrorisme
    Le «Deal du siècle» américain serait soutenu par de «grands pays arabes»
    Tags:
    médiateur, règlement, conflit, ONU, Hamas, Sputnik, Abdelhafiz Nofal, Donald Trump, Mahmoud Abbas, Jérusalem, Palestine, Egypte, Israël, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik