Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un, dirigeant de la Corée du Nord

    Japon, USA, Corée du Sud et Corée du Nord: une seule solution possible

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    17300

    L'unique moyen de régler le problème nord-coréen est d'accepter l'existence de la Corée du Nord et de tout faire pour assurer la coexistence pacifique avec elle, estime le Sankei Shimbun.

    Kim Jong Un
    © AP Photo / Korea News Service
    Dans l'accord sur la tenue d'une rencontre au sommet entre les États-Unis et la Corée du Nord, les sanctions anti-coréennes ne jouent sans doute pas un rôle important, affirme le journal Sankei Shimbun qui constate que la croissance économique nord-coréenne s'est accélérée entre 2012 et 2013, période durant laquelle les sanctions ont été durcies. Le problème est autre: on a l'impression que la fabrication d'armes nucléaires et de missiles de longue portée a pris fin. Kim Jong-un semble avoir décidé que son pays avait atteint son objectif et garanti sa sécurité face aux États-Unis et qu'il est désormais possible d'arrêter la course nucléaire et balistique.

    Mais le dirigeant de la Corée du Nord ne veut pas connaître le même sort que son homologue libyen Mouammar Kadhafi qui s'était débarrassé des armes de destruction massive. Pour la Corée du Nord, son programme nucléaire et balistique est garant de sa sécurité et elle n'y renoncera pas facilement, affirme le journal. Cela étant, la meilleure chose à faire dans cette situation pour les États-Unis et la communauté internationale est de conclure un accord fiable et transparent sur les garanties de sécurité accordées à Pyongyang. Et ces garanties devront être fermes et convaincantes.

    Il faudra que les six participants aux négociations, à savoir les deux Corées, la Russie, les États-Unis, la Chine et le Japon, se donnent des garanties. Car Pyongyang devra consentir des démarches sur lesquelles il ne pourra pas revenir, comme la liquidation d'établissements nucléaires et balistiques ou la présentation d'informations secrètes, poursuit le Sankei Shimbun.

    Le problème est également de savoir si Washington sera capable de respecter les modalités d'un éventuel traité. En effet, les États-Unis se sont retirés de plusieurs accords et Donald Trump déclare aujourd'hui réviser celui sur le nucléaire avec l'Iran. Or, ce dernier a directement trait à la Corée du Nord, souligne le journal. Car si ce document est sacrifié aux ambitions géopolitiques des USA, un accord du genre pourra-t-il être convaincant?

    La raison de l'échec des pourparlers précédents est très simple, estime le Sankei Shimbun. Les contradicteurs de la Corée du nord ne croient pas que le pays soit viable. Ils espèrent que le système s'effondrera bientôt et que la Corée du Sud engloutira la Corée du Nord d'après le scénario allemand.

    Il n'existe qu'une seule solution au problème nord-coréen: les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon doivent accepter l'existence de la Corée du Nord et être prêts à la coexistence pacifique, constate le journal pour conclure.

    Lire aussi:

    Comment Washington attise le militarisme en Corée du Nord
    Au seuil de la guerre nucléaire: la psychologie des aspirations de Pyongyang
    Séoul est-il prêt à une éventuelle attaque américaine sur la Corée du Nord?
    Tags:
    coexistence, nucléaire coréen, Sankei Shinbun, Donald Trump, Mouammar Kadhafi, Kim Jong-un, Pyongyang, Corée du Nord, Corée du Sud, Iran, Chine, Japon, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik