International
URL courte
11177
S'abonner

Des groupes radicaux ont pilonné mardi la capitale syrienne à plusieurs reprises, faisant 27 morts et 58 blessés parmi les civils, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.

13 roquettes au total ont été lancées dans la journée de mardi contre Damas, a signalé le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Youri Evtouchenko. Des dizaines de civils ont trouvé la mort ou ont été blessés dans les pilonnages.

«En l'espace d'une journée, des radicaux des groupes illégaux armés ont pilonné six fois, depuis la zone de Mouhaiam al-Yarmouk, dans la province de Damas, des quartiers résidentiels, ont tiré 13 roquettes. 27 civils ont été tués, 58 ont été blessés. Des dégâts matériels ont été également infligés.»

Le 24 février dernier, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté la résolution 2401 appelant toutes les parties à arrêter les hostilités pour assurer une pause humanitaire d'au moins 30 jours sur l'ensemble du territoire syrien. Les bandes armées installées en Ghouta orientale pilonnent tous les jours la capitale syrienne Damas. Leurs roquettes et obus de mortier frappent les banlieues et les quartiers au centre de la ville.

Les militaires russes organisent depuis le 27 février des pauses humanitaires quotidiennes près de la Ghouta orientale, une banlieue de Damas occupée par les radicaux, sur décision du Président russe Vladimir Poutine. Plusieurs couloirs humanitaires ont été aménagés pour évacuer les civils.

 

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Un rapport remis par le Pr Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
L'Algérie va attaquer France 24 en justice pour des «propos haineux» et convoque l'ambassadeur de France
Tags:
radicaux, morts, civils, blessés, roquettes, pilonnage, victimes, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Iouri Evtouchenko, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook