International
URL courte
2140
S'abonner

Un juge de Californie du Nord a reçu la première plainte contre Facebook liée au scandale de Cambridge Analytica. Si d’autres utilisateurs rejoignent cette action en justice, le réseau social pourrait se voir imposer une amende significative.

Trois Américains ont porté une plainte contre Facebook Messenger à la suite des révélations concernant la fuite des données de 50 millions d'utilisateurs, y compris les listes d'amis, préférences et informations de contact, informe Reuters. Ils ont accusé la société d'avoir enfreint les règles de confidentialité en colletant leurs messages privés et appels téléphoniques.

La cour de Californie du Nord a confirmé avoir reçu cette plainte sans pour autant révéler les détails. Le montant de l'indemnité réclamée n'a pas été précisé. D'autres utilisateurs de Facebook touchés par cette fuite pourraient joindre ce procès judiciaire.

Les représentants de Facebook n'ont pas commenté ces informations.

Auparavant, un actionnaire de Facebook avait déposé une plainte contre le réseau social à cause de la baisse du prix des actions causée par le scandale Cambridge Analytica, la société qui a récupéré les données personnelles de 50 millions d'utilisateurs de Facebook afin de les utiliser à des fins politiques.

La Federal Trade Commission a ouvert une investigation afin d'éclaircir quelles mesures le réseau social avait entrepris afin de protéger les données personnelles des utilisateurs. Facebook risque de se voir infliger une amende de 40.000 dollars pour chaque cas de violation.

Lire aussi:

Aucune excuse pour «ceux qui développent de nouveaux plans d’agression», prévient Poutine le Jour de la Victoire
Un incendie se déclare à bord d'un pétrolier au large de la Syrie
Défilé militaire sur la place Rouge pour célébrer le Jour de la Victoire - vidéo
L’UE n’a pas renouvelé son contrat avec AstraZeneca
Tags:
confidentialité des données, plainte, données personnelles, Facebook, Inc, Californie du Nord, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook