Ecoutez Radio Sputnik
    WikiLeaks founder Julian Assange is seen on the balcony of the Ecuadorian Embassy in London, Britain, May 19, 2017

    Assange privé d’accès internet

    © REUTERS / Peter Nicholls
    International
    URL courte
    12542

    Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, réfugié depuis plusieurs années à l'ambassade d’Équateur à Londres, a vu sa connexion internet coupée, annonce Kim Dotcom, l'ancien propriétaire de la plus grande société de partage de fichiers Megaupload.

    Julian Assange n'a plus d'accès internet et s'est vu refuser de recevoir des visiteurs dans l'ambassade d'Équateur à Londres où il est réfugié depuis plusieurs années, a annoncé via Twitter Kim Dotcom.

    Kim Dotcom a également appelé tous ceux qui se trouvaient à Londres à se rassembler près de l'ambassade d’Équateur.

    Pour le moment, ni Julian Assange ni WikiLeaks n’ont fait aucune déclaration officielle.

    Les autorités équatoriennes ont expliqué leur décision de priver Julian Assange d'accès internet.

    «Le gouvernement équatorien a suspendu le fonctionnement des systèmes qui permettent à Julian Assange d'être en contact avec l'extérieur de l'ambassade […] Cette mesure a été prise parce que Julian Assange n'a pas respecté une promesse écrite faite au gouvernement à la fin de l'année 2017 par laquelle il s'est engagé à ne pas diffuser de messages qui constitueraient une ingérence dans les affaires d'autres pays», indique un communiqué du gouvernement.

    Le fondateur de WikiLeaks, 46 ans, a trouvé asile dans l'ambassade d'Équateur pour échapper à une extradition vers la Suède où il était recherché pour viol et agression sexuelle. Bien que ces poursuites aient été abandonnées en 2017, le tribunal de Westminster a maintenu le mandat d'arrêt contre M.Assange, indiquant qu'il avait été délivré après que ce dernier a enfreint les conditions de sa liberté sous caution.

    Julian Assange craint, en cas d'arrestation, d'être extradé vers les États-Unis pour la divulgation de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

    En janvier 2018, le gouvernement équatorien a annoncé être à la recherche d'une «médiation» en vue de trouver un accord avec Londres sur la situation «insoutenable» de M.Assange.

    Lire aussi:

    Royaume-Uni vs Assange: toujours pas de porte de sortie
    La tentative de faire taire Julian Assange «est une attaque contre l’information»
    Assange à un doigt de l’expulsion de l’ambassade d'Équateur à Londres?
    Tags:
    Internet, Julian Assange, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik