Ecoutez Radio Sputnik
    Paris, lundi 27 mars 2018. Edouard Philippe à son arrivée à l’Hôtel Matignon en compagnie de la ministre des Outre-mer Annick Girardin et du conseiller Outre-mer Xavier Brunetiere.

    Référendum en Nouvelle-Calédonie: la question est enfin formulée

    © AFP 2018 Stephane de Sakutin
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    904

    Les élus de Nouvelle-Calédonie se sont mis d’accord sur la question à poser lors du référendum d’indépendance, après plus de quinze heures de débat. Une question qui «permet à chacune des forces politiques de se positionner clairement».

    La réponse au referendum d'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie est attendue aussi bien en métropole que sur le «caillou». Mais la réponse à quelle question? Il aura fallu plus de quinze heures de réunion et sept propositions de rédaction pour le déterminer: «Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante?»

    Dans sept mois, les électeurs seront amenés à voter lors d'un référendum d'autodétermination sur l'archipel, en processus de décolonisation, selon la dénomination de l'ONU, depuis 1998.

    La formulation doit encore être validée par le Conseil d'État, avant d'être définitivement soumise aux Calédoniens le 4 novembre prochain, accompagnée d'un bulletin «oui» et un bulletin «non». Elle a «un sens politique profond: elle permet à chacune des forces politiques de se positionner clairement», a fait valoir le Premier ministre, au côté des élus calédoniens et de la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

    La question de la formulation est cruciale et déterminante pour l'issue du scrutin, et les divergences étaient grandes entre les différents groupes politiques: les indépendantistes du FLNKS souhaitaient que la question fasse référence à la «pleine souveraineté» et pas à l'indépendance, mais une partie de la droite loyaliste souhaitait que les choix soient posés entre «indépendance» et «maintien dans la France».

    «Les membres du comité des signataires considèrent que cette formulation, qui est un compromis, est conforme aux principes de clarté, de loyauté et de sincérité»», peut-on lire dans le relevé des conclusions du comité des signataires de l'accord de Nouméa.

    En choisissant les deux termes de «pleine souveraineté» et d'«indépendance», le chef du gouvernement a en effet tenté de concilier les positions, avant la visite d'Emmanuel Macron dans l'archipel français du Pacifique, attendue début mai.

    Lire aussi:

    Référendum: l'outre-mer est pavé de bonnes intentions
    Nouvelle-Calédonie: une visite présidentielle contestée
    La Catalogne appelle l'UE à ne pas ignorer la violation des droits de l'homme par Madrid
    Tags:
    référendum, Nouvelle-Calédonie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik