Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Quand les tentacules du Kremlin fouillent les cerveaux des fonctionnaires américains

    © Sputnik . Michael Klimentyev
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    9727

    Âmes sensibles s’abstenir! Les États-Unis crient au monstre sous-marin russe aux milles «tentacules» qui se serait infiltré dans plusieurs pays. Cette menace en provenance de Moscou a été annoncée par le Département d’État des États-Unis sans rire. On dirait qu’il est temps que la Main du Kremlin soit rebaptisée le Tentacule du Kremlin…

    Un virus au nom imprécis d'origine britannique semble avoir traversé l'Atlantique et contaminé le Département d'État des États-Unis. Selon tous les symptômes que l'on perçoit sur les personnes infestées, la maladie affecte, en premier, leurs cerveaux à l'aide de grands tentacules appartenant au protagoniste populaire des contes occidentaux du Kremlin.

    Ne disposant d'aucune preuve de la soi-disant culpabilité de la Russie dans l'affaire Skripal, les États-Unis préfèrent se protéger du Kremlin, de ses nombreux «tentacules» baladeurs et de ses «espions» pour protéger leur nation. C'est exactement cette image de la Russie que Heather Nauert, porte-parole du Département d'État des États-Unis, a dépeinte lors d'un briefing du département, qui s'est tenu mardi.

    «La Russie a de longues bras, la Russie a plusieurs tentacules. On suppose qu'ils continueront à s'intéresser à nos élections, mais aussi aux élections de plusieurs autres nations. Okay».

    Un des journalistes qui était présent au briefing a demandé s'il avait bien entendu que les mots «des bras et des tentacules» avaient été prononcés.

    «C'est ça», confirme Mme Nauert, souriante. «C'est un monstre des fonds marins».

    Heather Nauert a d'ailleurs fait savoir qu'elle n'était pas personnellement au courant de ce que «ces gars», à savoir les diplomates russes, avaient fait, mais qu'elle était convaincue d'une chose:

    «C'étaient des espions. Nous les avons expulsés. La nation sera plus en sécurité. Nous irons mieux dans un pays avec 60 espions de moins, ici aux États-Unis.»

    Après une telle déclaration éloquente et claire comme le jour, une question se pose évidemment: est-ce que l'expulsion de 64 «espions russes» du territoire américain est capable de protéger la nation américaine de la menace émanant du côté de ce monstre sous-marin russe? On en doute fortement.

    Même si, au premier abord, l'idée énoncée par Heather Nauert sonne comme dénouée de sens, voire fantastique, elle est loin d'être neuve et remonte à 2016. C'est alors que des journalistes britanniques avaient évoqué une nouvelle arme secrète qu'aurait inventée Vladimir Poutine, à savoir un calmar géant —assassin. Oui, un calmar-assassin capable de se transformer, d'hypnotiser sa victime et de l'empoisonner. Mais on se serait ennuyé, si l'on s'était arrêté à cette fable.

    Il ne reste plus qu'à dire qu'il faudrait vraiment faire attention, puisque la paranoïa dont tous les symptômes sont là, se répand d'habitude très vite, surtout quand il s'agit de celle, semée par la russophobie sans limites.

    Lire aussi:

    Les USA sont convaincus que des armes chimiques ont été utilisées à Douma
    Une ex-journaliste de Fox News nommée porte-parole du Département d'État
    Lavrov: «comment cette dame peut savoir les choses que j’aime, on ne se connaît pas»
    Tags:
    monstre, Kremlin, Département d'Etat des Etats-Unis, Heather Nauert, Atlantique, Royaume-Uni, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik