Ecoutez Radio Sputnik
    Parlement de Vienne

    Vienne refuse d'expulser des diplomates russes, Londres fait pression

    © Sputnik . Alexei Danichev
    International
    URL courte
    Expulsion de diplomates russes et riposte (57)
    261150

    Le refus des autorités autrichiennes d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'affaire Skripal n'a pas été du goût de Londres dont l'ambassadeur a exprimé à plusieurs reprises son mécontentement à l'égard de Vienne.

    La ministre autrichienne des Affaire étrangères Karin Kneissl a déclaré mercredi que Londres avait exercé à plusieurs reprises des pressions sur Vienne afin qu'elle participe à l'attaque diplomatique contre Moscou dans le cadre de l'affaire Skripal, annonce l'agence d'information autrichienne APA.

    La diplomate a confirmé que pour la première fois l'ambassadeur britannique avait entrepris une démarche mercredi dernier avant le sommet de l'Union européenne pour obliger l'Autriche à «prendre des mesures concrètes».

    «Lundi, lorsque j'étais au Kosovo, le chancelier fédéral [Sebastian Kurz, ndlr] et moi nous sommes mis d'accord sur notre position qui est connue», a-t-elle souligné.

    Selon Mme Kneissl, la décision de ne pas expulser de diplomates russes, prise le même jour, n'a pas été motivée par la crainte des contre-mesures possibles de la part de la Russie.

    La ministre a également noté que «dans les moments critiques, il faut maintenir ouvertes les voies» sinon cela s'avéra «préjudiciable pour les deux pays».

    Le 26 mars, 16 pays de l'UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine et certains autres ont annoncé leur décision d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'Affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission de Russie auprès de l'Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du consulat général russe à Seattle. Le nombre de diplomates expulsé dans le cadre de l'affaire Skripal avoisine désormais les 120 personnes.

    Qualifiant de geste «hostile» la vague d'expulsions, Moscou a promis lundi d'y répondre en conséquence.

    Un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, Sergueï Skripal, et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Dossier:
    Expulsion de diplomates russes et riposte (57)

    Lire aussi:

    Expulsion de diplomates russes: quel effet sur les rapports Moscou-Occident en Syrie?
    Affaire Skripal: le Luxembourg rappelle son ambassadeur à Moscou pour consultations
    Affaire Skripal: Vienne explique pourquoi elle ne s'est pas soumise aux desiderata de May
    Tags:
    Sergueï Skripal, Sebastian Kurz, Karin Kneissl, Russie, Londres, Vienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik