Ecoutez Radio Sputnik
    Des Patriot américains déployés en Pologne

    Armements: la Pologne préfère-t-elle les États-Unis à l’Europe?

    © Sputnik . Igor Zarembo
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    0 212

    Le ministre polonais de la Défense a signé mercredi à Varsovie le contrat d’achat du système antimissile américain Patriot. À cela s’ajoutent différents contrats d’armement et d’entretien concernant sa flotte de F16. Mais malgré les apparences, la Pologne ne tourne pas le dos à l’Europe.

    US un jour, US toujours? Mercredi 28 mars, le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a signé à Varsovie le contrat d'achat du système antimissile américain Patriot pour 4,75 milliards de dollars (soit 3,8 milliards d'euros). L'accord s'inscrit dans la première phase du système antimissile polonais Visla. La livraison du premier lot est prévue en 2022.

    «Les systèmes Patriot sont quasiment les seuls qui ont fait leurs preuves de manière opérationnelle aujourd'hui»,

    commente Benjamin Hautecouverture, Maître de Recherche, Fondation pour la recherche stratégique (FRS), avant d'ajouter:

    «C'était attendu, ça ne représente pas une signification politique particulière de la Pologne dans le cadre de la construction européenne. On l'attendait depuis longtemps, avec une très belle offre.»

    Quelques jours plus tôt, la Pologne déclarait vouloir acheter jusqu'à 150 missiles air-air Advanced Medium Range Air-to-Air Missiles (AMRAAM) fabriqué par l'américain Raytheon, un coût estimé à 250 millions de dollars:

    «Ce n'est pas une arme véritablement nouvelle, c'est une nouvelle version de cet armement», explique Alexandre Vautravers, expert en sécurité et responsable du nouveau programme de master en sécurité globale au Global Studies Institute de l'Université de Genève.

    De leur côté, les États-Unis sont prêts à vendre des services de soutien et de maintien pour la flotte de F-16 polonais, qui «ont fondé leur politique conventionnelle de dissuasion» sur ces appareils, qui côtoient par ailleurs «le reste des Sukhoi su-22 et MiG-21» dans l'armée de l'air polonaise.

    La Pologne a fait le choix de la coopération technologique avec les États-Unis dans le cadre du programme F16: «On est dans une histoire longue de continuité des systèmes et c'est aujourd'hui normal que ces choix-là soient fait par la Pologne» qui, avant de rentrer dans un cadre européen d'investissement de défense, «est rentrée dans un cadre otanien, le cadre de l'Otan», explique M. Hautecouverture, qui ne voit pas de signification systématiquement politique aux choix des Polonais même si, de prime abord, « on peut se poser des questions».
    Un avis que partage également Alexandre Vautravers, qui rappelle que

    «la Pologne est équipée de plus de quatre cents chars de combat allemands. Elle a fait le choix de la Scandinavie pour s'équiper en véhicules blindés de transport de personnels. Donc dire que la Pologne achète américain, mais pas européen, c'est démenti dans les faits.»

    Une orientée confortée par le choix de Varsovie d'intégrer, l'année dernière, une «coopération structurée permanente» (CSP), décidée par le Conseil de l'UE. Un projet qui permet aux 25 états signataires de «développer conjointement les capacités de défense, d'investir dans des projets communs et d'investir dans des projets opérationnels des armées et augmenter les budgets de défense», précise M. Hautecouverture.

    Pourtant, on se souvent du séisme diplomatico-commercial provoqué par l'annulation unilatérale des négociations concernant les 50 hélicoptères Caracal, représentant près de 3,1 milliards d'euros, en octobre 2016.

    «Là, on peut effectivement se dire qu'on doit pouvoir faire une lecture politique de cette suspension», note Benjamin Hautrecouverture.

    «Le gouvernement qui avait choisi Airbus était un gouvernement de coalition libérale, mais qui a été battu en 2015 par le parti Droit et Justice de Kazimirski, conservateur, eurosceptique et souverainiste.»

    S'ajoute à ce changement politique, le fait que

    «le constructeur d'hélicoptère Black Hawk était très présent en Pologne», que la «pression diplomatique américaine [était] extrêmement forte contre l'offre Airbus hélicoptères.»

    Finalement, s'il y a «une tendance de la Pologne à se rapprocher de l'Otan, des solutions américaines», plutôt «que d'une Europe de la défense», c'est peut-être parce que pour le moment elle «n'a pas vraiment vu le jour de manière opérationnelle», conclut M. Hautecouverture. 

    Lire aussi:

    Achat de Patriot US par Varsovie: la Pologne risque de devenir «un État frontalier»
    Remplacement des F-16: polémiques en Rafale sur la Belgique
    Varsovie pourrait recevoir des Patriot dès 2019
    Tags:
    Patriot (missile), États-Unis, Pologne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik