Ecoutez Radio Sputnik
    Affaire Skripal

    Affaire Skripal: les «preuves» de Londres sont un «fake global», selon la diplomatie russe

    © REUTERS / Toby Melville
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (109)
    16651

    La diplomatie russe a qualifié les informations utilisées par Londres pour prouver l’implication de la Russie dans l’affaire Skripal d’absence de preuve. Cette déclaration a été faite par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères qui souligne que les autorités britanniques refusent de collaborer avec la Russie sur cette affaire.

    Les données que Londres a présentées comme «preuves» de l'implication de la Russie dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal sont un exemple classique de désinformation, a déclaré Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe.

    «Les preuves "convaincantes" de Londres dans l'affaire Skripal, diffusées par l'ambassade [britannique à Moscou, ndlr] et les déclarations qui les accompagnaient sont un fake global», a martelé Mme Zakharova.

    Elle a souligné que Londres évitait intentionnellement les contacts avec l'ambassade russe à Londres concernant l'affaire Skripal.

    Le 22 mars, lors d'un briefing organisé dans les murs de l'ambassade britannique à Moscou, un diaporama, qui présente de prétendues preuves de l'implication de la Russie dans l'affaire Skripal, a été montré aux responsables d'autres ambassades. D'après les journalistes du journal russe «Kommersant», qui ont eu connaissance de ce document, il contenait un liste des «actions hostiles» de la Russie. Se fondant sur ces données, Londres a demandé aux pays européens d'expulser de nombreux diplomates russes.

    Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Moscou a répliqué en expulsant le même nombre de diplomates britanniques et en ordonnant la fermeture du British Council.

    Dossier:
    Affaire Skripal (109)

    Lire aussi:

    L’affaire Skripal est «un échec cuisant pour Theresa May»
    Moscou se voit refuser l’accès à Skripal
    Moscou exhorte l’UK et les USA à transmettre toutes les données sur l'affaire Skripal
    Tags:
    désinformation, ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik