Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May et Boris Johnson

    Johnson et May envient la France pour son réseau diplomatique

    © AFP 2018 Pool/ Leon Neal
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    22834

    La France et son rayonnement diplomatique font des envieux. Boris Johnson et Theresa May ont annoncé le 28 mars le renforcement de l’appareil diplomatique britannique pour concurrencer Paris, troisième réseau diplomatique mondial. Mais ils ont du retard, et en dehors de l’Europe, la plupart des pays n’ont pas attendu pour muscler leur diplomatie.

    Plus d'ambassades pour protéger la Grande-Bretagne? En détaillant le 28 mars la nouvelle doctrine de sécurité nationale baptisée «doctrine Fusion», la Première ministre britannique a souligné l'importance de «l'influence diplomatique et culturelle» du Royaume-Uni pour lutter contre le terrorisme et les tentatives de déstabilisation provenant d'États étrangers.

    Et pour ce faire, le gouvernement dirigé par Theresa May entend renforcer son appareil diplomatique de manière conséquente. Présentée au forum de Davos le 19 janvier dernier, la stratégie de «Global Britain» est une idée récurrente ces derniers mois pour limiter les effets du Brexit sur la capacité d'influence de Londres.

    ​C'est dans ce contexte que Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères annonçait le 21 mars dernier l'ouverture de dix nouvelles représentations officielles- ambassades ou antennes diplomatiques-, ainsi que le recrutement de 250 diplomates. Le but affiché: dépasser la France dans le classement des puissances diplomatiques.

    Selon le cabinet australien Lowy Institute, la France restait en 2017 le premier réseau diplomatique européen et le troisième mondial derrière les États-Unis et la Chine. Paris est en effet forte de 266 représentations dans plus de 160 pays. Le Quai d'Orsay emploie plus de 15.000 personnes, dont les deux tiers sont basés hors des frontières nationales.

    Des chiffres impressionnants, qui cachent pourtant les fragilités du dispositif diplomatique français. La tendance est en effet aux économies depuis les années 1980 et le ministère des Affaires étrangères doit maintenir un «réseau universel», tout en réduisant les coûts.

    Et ce n'est pas sans conséquence: entre 2011 et 2017, ce sont deux ambassades, une représentation permanente, 9 consulats et 16 sections consulaires qui ont été définitivement fermés. Au cours des dix dernières années, les effectifs ont également sensiblement diminué, puisqu'ils ont été réduits de 30% depuis 2008.

    Entre 2016 et 2017, Londres, Paris et Moscou ont diminué le nombre de représentations qu'elles possédaient à l'étranger. Une tendance jusqu'ici plus importante chez les Britanniques, puisque là où la France et la Russie ont fermé une seule de leurs antennes diplomatiques sur l'année, le Royaume-Uni en a supprimé six!

    Sur la même période de temps, les grandes puissances asiatiques ont quant à elles épousé la dynamique inverse et ont ouvert de nombreuses nouvelles représentations. En un an, le Japon a ouvert 15 ambassades ou consulats, passant ainsi de la 9e à la 5e place des nations les plus représentées. Ankara talonne Tokyo avec 14 nouvelles représentations inaugurées. Pékin gagne quant à elle une place sur le podium aux dépens de la France grâce à l'ouverture de 11 antennes diplomatiques.

    Hormis l'Espagne, qui se maintient à la 10e place du classement, les pays européens perdent de l'influence. La France s'est ainsi fait devancer par la Chine, qui dispose désormais de 268 représentations, soit deux de plus que Paris. Le Royaume-Uni perd 2 places et sort du Top 5 au profit du Japon. Berlin ne s'en sort pas mieux et pointe en 2017 à la 8e place, juste derrière Londres, et ce malgré l'ouverture de 6 nouvelles antennes diplomatiques.

    Cependant, les Britanniques semblent avoir pris conscience de l'importance de la diplomatie et de l'influence qu'elle permet d'exercer. Alors qu'Emmanuel Macron annonçait en août 2017 le «recalibrage» de l'appareil diplomatique, qui se concrétisera grâce à l'ouverture d'une vingtaine d'ambassades et à la fermeture de 23 consulats, Londres va recruter massivement pour étendre son réseau. Avec pour objectif de dépasser la France.

    Lire aussi:

    Boris Johnson sait-il de quoi s’occupent les consulats UK en Russie?
    Biens diplomatiques: la Russie ne retardera pas à adopter des mesures de rétorsion
    Affaire Skripal: Moscou annonce ses mesures de rétorsion
    Tags:
    Theresa May, Boris Johnson, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik