Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Skripal: Moscou avance une hypothèse sur le refus de Londres de lui transférer des données

    © Sputnik . Ekaterina Chesnokova
    International
    URL courte
    281002

    Le refus du Royaume-Uni de partager ses données concernant l’empoisonnement de Sergueï Skripal «porte à croire» que le «renseignement britannique» pourrait être impliqué, a estimé la porte-parole de la diplomatie russe.

    Moscou n'exclut pas l'implication des services de renseignement britanniques dans l'affaire Skripal, bien qu'à ce stade, il soit «difficile» d'en «parler directement», a affirmé ce samedi Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

    «Nous ne disposons toujours pas d'informations concernant cette affaire. Les seules informations que nous avons reçues du Royaume-Uni, c'était hier, elles concernaient l'amélioration de l'état de santé de Ioulia Skripal», a-t-elle indiqué dans une interview à la chaîne Piatyï.

    «De fait, il est difficile de parler directement de l'implication du Royaume-Uni et de responsables dans cette histoire, mais il subsiste des soupçons à cet égard», a poursuivi Mme Zakharova.

    Selon la porte-parole, «la dissimulation d'informations, la non divulgation des détails de ce qui s'est passé porte à croire qu'en effet, les services de renseignement britanniques notamment pourraient être impliqués».

    18 pays de l'UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine, l'Albanie, le Monténégro et la Moldavie ont annoncé leur décision d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission russe auprès de l'Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du Consulat général russe à Seattle. Le nombre de diplomates expulsés dans le cadre de l'affaire Skripal avoisine désormais les 151 personnes du côté occidental, et plus de 300 au total des deux côtés.

    La Russie a à son tour annoncé depuis jeudi l'expulsion de 60 diplomates des États-Unis ainsi que de 59 diplomates de pays européens, et a dit se réserver le droit de prendre des mesures à l'encontre de quatre autres pays (la Géorgie, la Belgique, la Hongrie et le Monténégro), en rétorsion aux mesures d'expulsion annoncées par nombre de pays occidentaux en lien avec l'affaire Skripal.

    Lire aussi:

    Moscou: l’affaire Skripal tourne en dérision le droit international
    Affaire Skripal: la Russie expulse quatre diplomates français
    Expulsion de diplomates russes: quel effet sur les rapports Moscou-Occident en Syrie?
    Tags:
    Sergueï Skripal, Maria Zakharova, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik