Ecoutez Radio Sputnik
    Des civils quittent la Ghouta orientale

    Défense russe: huit otages retenus par le Front al-Nosra dans la Ghouta orientale libérés

    © Sputnik . Mikhail Alaeddine
    International
    URL courte
    1310

    Huit personnes retenues en otages par les terroristes du Front al-Nosra* dans la Ghouta orientale ont été libérées, informe ce samedi le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, précisant qu’au total plus de 150.000 personnes avaient quitté cette banlieue de Damas depuis le lancement de l’évacuation.

    Ce samedi, huit personnes captives des membres de l’organisation terroriste Front al-Nosra* dans la Ghouta orientale ont été libérées, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    En outre, le Centre signale que le nombre de personnes ayant quitté cette zone depuis le début de l’évacuation a dépassé la barre des 150.000.

    «Au total, la sortie de plus de 150.000 personnes a été assurée depuis le lancement des pauses humanitaires dans la Ghouta orientale avec le concours du Centre russe», indique le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

    Les militaires russes organisent depuis le 27 février des pauses humanitaires quotidiennes dans la Ghouta orientale, une banlieue de Damas occupée par les radicaux, sur décision du Président russe Vladimir Poutine. Plusieurs couloirs humanitaires ont été aménagés pour évacuer les civils.

    * Front al-Nosra est une organisation terroriste interdite en Russie.

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    «Ce pouvoir est en train de mettre le feu à notre pays», selon le patron de Mediapart
    Militaires pour l'acte 19: «le chef d'état-major des armées n'avait pas été prévenu»
    Tags:
    otage, évacuation, Front al-Nosra, ministère russe de la Défense, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Syrie, Ghouta orientale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik