Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed ben Salmane

    Les risques d'une guerre entre Riyad et Téhéran sont-ils vraiment grands?

    © AP Photo / Alastair Grant
    International
    URL courte
    9220

    Le prince héritier Mohammed ben Salmane a récemment évoqué la possibilité d'une guerre entre Riyad et Téhéran dans les 10 à 15 ans. Pour comprendre les risques d'un tel conflit, Sputnik a parlé à James Dorsey, chercheur à la S.Rajaratnam School of International Studies (RSIS), à Singapour.

    La possibilité d'une guerre entre l'Arabie saoudite et l'Iran existe toujours, cependant si les États-Unis sortent de l'accord nucléaire iranien, le risque d'un conflit augmente considérablement, a déclaré James Dorsey commentant les déclarations de Mohammed ben Salmane à The Washington Post.

    «L'Arabie saoudite et l'Iran sont impliqués dans l'escalade de la confrontation. L'Arabie saoudite considère l'Iran et ses politiques actuelles comme une menace existentielle et est déterminée à tout faire pour essayer d'empêcher l'Iran de continuer à être une menace», estime M.Dorsey.

    Cependant, selon le spécialiste, cette politique est vouée à l'échec. Car l'Iran n'est pas une menace à cause de ses politiques, mais simplement à cause de ce qu'il est.

    «Il y a des moyens de trouver un compromis pour atténuer cette menace sans avoir recours à une confrontation armée. Mais c'est quelque chose que ni les États-Unis ni l'Arabie saoudite, à ce stade, ne veulent accepter […]. Je ne pense pas que l'Iran veuille une escalade ou un conflit ouvert avec l'Arabie saoudite. Honnêtement, je ne suis pas sûr que l'Arabie saoudite, elle aussi, veuille un conflit ouvert avec l'Iran», a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Qu’est-ce qui empêche de bonnes relations entre Israël, l’Iran et l’Arabie saoudite?
    L'Arabie saoudite révèle ses projets sur le développement de la bombe nucléaire
    Alger face à la volonté de domination de Riyad dans le monde arabe
    Tags:
    Mohammed Ben Salmane, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik